Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 20:49

Comment réaliser un gâteau d'anniversaire pour quelqu'un ...

 

Qui ne peut pas mâcher,

Qui digère mal les laitages de vache, et refuse donc (logiquement) d'en manger la plupart du temps,

Qui apprend un tout petit peu à manger seul(e)

Qui n'aime pas le chocolat (!)

Qui est encore trop petite pour manger un vrai gâteau ...

 

Le tout :

 

Préparable en avance,

Pour une dizaine de convives,

Avec des produits de saison.

 

Ah, et puis qui fasse joli sur les photos, quand même...

 

Bon, je sais bien qu'on n'arrivera pas au niveau du gâteau de son baptème, mais après avoir bien réfléchi, je pense que je vais tenter une chalotte aux poires et à la vanille, avec des biscuits pour bébé...

 

Je vais donc préparer une compote de poires avec un soupçon d'agar-agar, et une "panna cotta végétale". Pour le trempage des biscuits, j'utiliserai le jus de cuisson des poires (merci BabyCook)

 

Dans l'idée, je voudrais que l'intérieur ressemble à ça :

 

http://cuisinemetisse.canalblog.com/images/Fraisier_int_rieur1.jpg

Pour l'extérieur, j'espère arriver à faire un glaçage à peu près potable, avec un petit décor au stylo alimentaire, et ptêtre quelques vermicelles de sucre.

 

Souhaitez-moi bonne chance (et si vous avez des astuces, surtout, je prends !!!)

 

Premier test ce week-end !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Mieux manger
commenter cet article
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 18:47

Pour le moment, j'aime bien être enceinte. C'est plutôt rigolo et c'est une découverte de presque tous les instants... Je ne disais pas ça il y a deux mois, quand j'avais la nausée matin, midi, soir, nuit et quatre heures... Mais une fois que c'est passé, on a l'impression que ce n'était rien, en fin de compte. Enfin, moi ça m'a fait cet effet-là, aussitôt fini, presque aussitôt oublié !

 

J'ai quand même conservé en souvenir quelques dégoûts ponctuels. Enfin, pas tout à fait... Habituellement, je suis une très grosse buveuse de thé, roïboos, tisances... J'en avais fait une petite provision avant la grossesse, sans théine, pour pouvoir me faire plaisir et remplacer mon autre boisson fétiche, le C*ca Light. Sauf que ... J'ai toujours autant envie de boire "du thé", mais ça ne passe pas ! Mais alors pas, mais pas , mais pas du tout ! Du coup, je me dope à l'eau. Plate. Au moins, ça ne me fera pas de mal !

 

Depuis quelques semaines, j'ai passé le lvl 2 en ce qui concerne les restictions alimentaires qui s'imposent aux femmes enceintes . Jusque là, les restrictions sur la viande et le poisson ne me concernant que très très peu, ( j'avoue que je fais une entorse fromage cru de temps à autre quand je suis en confiance / que j'ai affaire à un fromage parmi les moins risqués*. ), je n'avais pas trop d'efforts à faire : on a vu pourquoi pour la théine, et je n'aime pas le café. Donc, à part la privation de Coc*, (ce qui n'est pas plus mal parce que c'est pas très interressant nutritionnellement), aucun souci. Ha, oui, quelques ennuis avec les trucs à base de lait de vache, donc j'alterne vache/brebis/chèvre et soja. Mais ça, c'est facile !

 

En revanche, je n'ai jamais été un bec sucré. J'apprécie un bon dessert, mais je préfère un fruit à un dessert moyen...

Enfin, c'est ce que je croyais !

 

Depuis trois-quatre semaines, j'ai le bonheur intense de souffrir d'atroces maux d'estomac dès que j'avale un truc sucré. Enfin, plutôt un truc avec du sucre dedans, car le jus de fruits et les fruits, ça passe. Et attention, ça va du carreau de chocolat (même un seul) au yaourt sur lit de compote... Aïe !

 

Il faut donc que j'apprenne à manger sans sucres rapides... Et moi qui ne pensais guère en consommer, je me rends compte qu'ils m'attendent à chaque détour, de mon carreau de choc' journalier aux compotes et biscuits "ptit dej" qui sont dans mon tiroir en cas d'urgence.

 

Je n'écris pas cette note pour me plaindre, ça pourrait être bien pire ! (J'ai eu la toxo, et je n'ai à priori pas de soucis particuliers.)

 

Mais l'expérience est intéressante !

 

La preuve en est que je me damnerai pour un carreau de Côte d'Or Noir aux noisettes...

 

Est-ce que, petit à petit, les envies vont disparaître ? Est-ce-que ça va avoir des effets ? Si oui, lesquels (à part là, de suite, la baisse de moral inconsolable :P ) Est-ce-que ça va changer mes habitudes pour après, comme ça les a déjà changées pour le Coc* ?

 

A suivre !

 

 

*(pour faire court, plus un fromage est humide, plus il est "risqué". A part les bleus qui ne semblent pas sujets à la listeria. Je tiens à préciser que je tiens mes infos de quelqu'un en qui j'ai confiance (mon fromager), mais qui n'est pas médecin, donc, ne suivez pas forcément aveuglément cette "méthode !" )

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Mieux manger
commenter cet article
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 21:32

Je vous ai parlé il y a déjà un bail de mes tests d'utilisation culinaire du sureau ...

 

J'ai filtré les deux derniers (enfin pas tout à fait mais je n'y reviendrai que si ça a marché), le rhum et le vinaigre...

Je m'étais inspirée des recettes que j'avais trouvées ici et .

 

Bon, en ce qui concerne le rhum, vous vous doutez bien que je n'ai pas goûté. Mais j'ai un cobaye la semaine prochaine, je vais  tenter d'expérimenter sur lui ... Juste pour avoir une idée, avant de tester la recette complète.

 

En revanche, le vinaigre ... MIAM ! Je suis partie d'un vinaigre de cidre, car c'est un vinaigre assez doux. J'ai suivi exactement la recette, dans un bocal de confiture basique, et j'ai laissé macérer comme dit, au soleil. J'ai testé hier soir sur des carottes rapées, avec un peu d'huile - d'olive bien sûr - et de sel ... Bon, il faut aimer les plats salés parfumés au fleurs, je reconnais que c'est spécial. Et il faut savoir doser... Mais moi, j'ai adoré ! (Ca peut peut-être aussi servir pour empêcher un caramel de prendre, avec une petite touche originale...)

 

http://www.luxe-campagne.fr/images/vinaigre-sureau3.jpgSource de la photo et de la recette.

 

 

J'ai également tenté une énième fois de faire des muffins. GRRRRrrrrrrr !

 

Là, il s'agissait de muffins végétaliens, certes, mais de toute façon, malgré tous mes efforts, je n'arrive JAMAIS à avoir la bonne texture...  Si vous avez une recette, une astuce, quoi que ce soit, je prends...

 

(J'utilise de la levure chimique en sachet rose (je vais finir par doubler avec du bicarbonate !) , de la farine de blé classique (semi-complète, mais bon ...), du sucre classique, et je cuis à 180° dans un moule à muffins* en terre, à mi-hauteur. Qu'est-ce-qui ne va pas ???) (* après recherche, il smeblerait qu'un moule à muffin ne puisse pas ête en terre .... Vous confirmez ? Alors, un moule comme ça, mais en terre, c'est un moule à quoi ? )

 

http://img.over-blog.com/599x552/2/28/05/61/Dessert/IMG_0036.jpg

 

En tout cas, j'avais un peu fait les fonds de placard au niveau des ingrédients, ce qui a donné : une base de pâte à la banane écrasée (ma préférée), de l'huile "de dessus de la Chocolade" (parce que je savais pas quoi en faire ^^) et, pour compléter, du beurre d'amandes, du son de blé. (Et un peu de jus de pomme pour rendre la pâte un peu plus liquide, parce que le son ça boit vachement.)

 

Le son, c'était à la fois pour l'utiliser (un reste d'une autre tentative), pour essayer de voir si c'était sympa en texture, et pour voir si, avec de la farine semi-complète ET du son, ça tenait mieux au corps. Parce que mon chéri a un boulot très physique, et que moi je dois avoir un souci avec le sucré, j'ai plus faim en ayant mangé 3 tartines beurre-miel que rien du tout ! Bon, pour la tenue au corps, en ce moment, je suis un peu ... Pas tout à fait comme d'hab :P , donc difficile de savoir. Mais coté texture, ça rappelle beaucoup le pain essène que j'adore... Ca donne envie de mettre des abricots secs !

 

En résumé, à part e problème de texture que j'ai toujours, c'était quand même plutôt sympa !

 

Mon dernier test m'a été inspiré par Marie, qui a commenté une note un peu ancienne, où je vous parlais du livre "Eaux fraîches". J'ai mis un tronçon d'environ 7cm de rhubarbe, coupé en 6 dans le sens de la longueur (en batonnets, quoi !) dans un demi-litre d'eau frémissante, avec un petit peu de fleur d'oranger, parce que ça m'est venu comme ça. Puis j'ai laissé au frais deux jours... Un seul un regret, j'aurais dû en faire plus ! (Quant à la rhubarbe qui reste après "infusion", elle a réintégré une compote, ni vu ni connu).

 

A la vôtre !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Mieux manger
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 17:04

Il y a quelques jours, je vous racontais que j'avais été faire la cueillette des fleurs de sureau avec un ami.

 

En préambule à mes tests, il me semble que je dois vous signaler que, si vous souhaitez vous lancer également, il faut bien prendre garde à ne cueillir que des fleurs de sureau NOIR ... Elles ressemblent à ceci  et poussent sur des arbres, ou des arbustes (2 à 7m environ), contrairement au surau hièble qui, lui, est toxique ! Si vous connaissez un peu l'arbre au fil des saisons, le sureau hièble, fait, de plus, des baies rouges et non noires. Ceuillez les felurs écloses, mais les moins "vielles" possibles, sinon elles dégagnet une odeur acide aps très agréable... Celles-ci sont parfaites :

 

http://lesjardinsdeve.midiblogs.com/images/medium_sureau_noir.jpg

 

J'ai fait le tout premier test dans la foulée...

 

Il s'agissait d'une crème pâtissière au sureau. Pour la réaliser, j'ai tout simplement fait infuser le sureau dans le lait que j'avais mis à chauffer comme pour la recette classique (2 petites ombrelles pour 1/2 litre de lait) . Pas mal du tout ... Mais je pense que le mieux, c'est d'infuser le sureau à froid 24 heures. A améliorer...

 

Avec la crème pâtissière, j'ai fait des choux (ratés ... Je n'avais que des très gros oeufs... La pâte n'était pas assez liquide avant le dernier, mais trop liquide après. Résultat, les choux ont gonflé mais la base s'est étalée, ça faisait des demi-sphères ... :/ Mais c'était bon !) et une tarte aux fraises. Même si j'ai bien aimé le résultat, je ne suis pas sûre de refaire la tarte aux fraises, je trouve le goût des fraises trop exubérant pour aller avec le sureau, ça le masque un peu. Peut-être avec un fruit plus sage, comme la pomme ...

 

En parlant de pommes, celles-ci ont constitué mon second test. J'ai pris un Tupp*rware, je l'ai rempli de felurs, et j'y ai noyé les pommes... Je viens de manger la première hier, et c'est bluffant !  Le gôut du sureau qui ressort est bien plus complexe à mon goût qu'en l'infusant... Et plus frais. A mon avis, en tatin, ça doit être phénoménal...

 

Ensuite, je me suis attaquée à une gelée et à deux sirops, plus ou moins selon les recettes suivantes :

 

Gelée

Sirop des frangines

Sirop d'Elise

 

Concernant la gelée, je ne sais pas ce qui s'est passé, une des bouteilles (une bouteille de bière sombre, ceci exlique-t-il cela) a tourné, l'odeur était atroce. A en sortir un Petit Poison pourtant aguerri de sa cuisine...

La seconde, en revanche, m'a donné plus de satisfaction, même si l'odeur acide (ça arrive souvent avec le sureau) ne m'a pas emballée du tout. J'ai fini l'expérience quand même, en partie parce que j'ai le souvenir d'un G*t 27 maison qui sentait affreusement mauvais avant qu'on y ajoute la liqueur de Riqlès, ét qui s'est avéré délicieux. Mais comme l'odeur me gènait vraiment, j'ai mis à infuser dans le mélange une petite badiane et une grainde de cardamome...Pas longtemps, environ 5 minutes... Pour moi, ça marche. L'odeur est bien meilleure, le goût plus subtil, et en même temps, les épices ne masquent pas le sureau...

Le résultat final est très très agréable... A mon avis, ça vaut d'être dégusté un peu autrement que sur les tartines du matin ... (Peut-être en fine couche sous une tarte à la rhubarbe ... Ou avec un fromage du pays, si vous aimez le sucré-salé ! Je viens d'y penser en tapant l'article, cette idée me plaît ... Un salers vieux, un bleu de Laqueuille... )

Ceci dit, c'est décidé, le sureau, je préfère l'infuser à froid.

 

Ensuite, j'ai attaqué le sirop des Frangines.

Je n'ai rien modifié du tout (sauf que je n'avais pas de sucre de canne, j'ai donc utilisé du banal sucre en poudre, à envion 1/1) , et je suis contente du résultat... Même s'il est un peu trop citronné à mon gôut. Ceci dit, le citron complète le sureau, on sent bien les deux... Et comme elles le suggèrent, dans une bière, une clairette ou un champagne, ça doit être top. J'essaierai bien avec du pamplemousse...

 

Du coup, pour mon troisième test (après ceux-là, il y en a encore trois qui macèrent .. :D ) , je n'ai pas mis de citron du tout, contrairement à la recette d'Elise. Du coup, j'ai réduit le sucre, j'ai mis le même poids que d'eau. Franchement, mon test préféré... C'est encore un poil sucré pour moi, mais dans un grand verre d'eau fraîche, MIAM !

 

Et parce que j'avais cette idée qui me trottait dans la tête depuis un moment, j'ai mis à part environ 300 grammes de sirop, et j'y ai mis à infuser 6 tronçons de rhubarbe, d'environ 3cm chacun... Quinze bonnes minutes à chaud, et je pense maintenant les laisser reposer toute la nuit. A mon avis, ça va être sympa...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Mieux manger
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 21:03

J'ai souvent lu que l'alimentation végétalienne pouvait être tout à fait équilibrée, sauf en ce qui concerne al vitamine B12, présente uniquement dans les produits animaux.

 

Or, d'après d'autres lectures (particulièrement riches en références, je vous propose d'approfondir ici) , cette vitamine n'est produite que par des bactéries, qui se nourrissent de souillures présentes sur les végétaux. Seulement, ces souillures n'existent pas dans l'élevage industriel ... Du coup, les animaux seraient tous supplémentés. Ainsi qu'en de nombreux autres vitamines et minéraux : fer, vitamine D, iode ... Ainsi, les non-VG seraient aussi supplémentés, quoique par un intermédiaire... Du coup, prendre des cachets ou manger des animaux, cela revient, du stricit point de vue de l'industrie pharmaceutique, au même . Sauf que les animaux n'ont pas un rendement de 100%. Donc, de ce strict point de vue, on gaspillerait moins en se supplémentant directement...

 

Evidemment, je me suis demandé comment ça se passait avant l'invention des prises de sang... J'en ai déduit (c'était pas trop dur) que les gens vivaient moins longtemps,en moins bonne santé, sans trop savoir pourquoi.

 

Maintenant que l'on a conscience des problèmes créés par une carence en vitamine B12, il ne me semble pas tellement idiot de mettre en place une supplémentation. Mais une supplémentation médicamenteuse, et pas par le biais d'une alimentation "bricolée !"

 

Cette supplémentation ne doit, à mon sens, pas être "forcée", comme celle de l'iode. En effet, aujourd'hui, quasiment tout le sel que l'on peut trouver est enrichi en iode. De même, j'ai lu récemment que presque toutes les céréales américaines étaient supplémentées en B12 ( je ne trouve plus la source)  Evidemment, c'est dans un but de santé publique, mais à mon sens, ça pose un problème moral puisque, si vous voulez du sel, vous êtes quasiment obligé de subventionner les producteurs d'iode. Et vous ne savez même pas lesquels. Je trouverais ça plus logique et plus juste de dépister les populations à risque, et de supplémenter si besoin ...

 

Je trouve qu'il y a là matière à penser !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Mieux manger
commenter cet article
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 20:23

Je croyais en avoir terminé avec la suite de note sur le(s) végéta(*)smes, mais en fin de compte, ce n'est pas tout à fait vrai. Je ne sais pas si beaucoup d'entre vous ont lu mes notes précédentes, et si vous les avez, le cas échéant, trouvées enrichissantes...

 

Mais j'ai aimé les écrire, car il n'est jamais inutile de se questionner sur ses convictions, et que, de plus, l'expérience "flex" donne le résultat que j'espérais plus ou moins, à svoir une diminution de ma consommation de "chair". Ceci dit, je ne m'attendais pas à ce que la diminution soit aussi nette et aussi auto-alimentée. Je pensais avoir du mal à m'y faire, et en fin de compte, je n'éprouve tout simplemnt pas l'envie de rompre mon "jeune de viande/poisson". A tel point que je pourrais envisager sans trop de souci de devenir complètement végétarienne, alors que j'aurais cru que je serais trop frustrée.

 

Cependant, je garde le cap pour le moment dans ma décision d'être "flex". Parce que, si demain je suis invitée chez un de mes chefs préférés, j'aurai de ce fait théoriquement la possibilité de m'accorder "un extra", et que je trouve que cela me soutient, dans le sens ou je n'ai, virtuellement, aucun interdit !

 

Je conçois tout à fait que ce propos puisse heurter un(e) végétalien ou un(e) végane, ou même un végétarien strict pour qui la question centrale est celle du bien-être animal. Malgré ce que l'on entend, et parfois de la bouche de scientifiques ou de vétérinaires, nous ne savons pas ce que les animaux peuvent ou non ressentir. Il nous est impossible de prouver qu'ils n'ont pas peur, qu'ils ne sont pas malheureux, tristes. Les observations sur certains animaux, en particulier les primates et les éléphants, tendent d'ailleurs à prouver exactement le contraire (attention, vidéo, et ça fait pleurer.)

 

A ceux qui me diront que ce n'est qu'une question de bon sens, je me contenterai de demander combien de temps on a cru que les maladies ne pouvaient se déplacer dans l'air, que la Terre était plate, que les femmes et/ou les Noirs n'avaient pas d'âme ? Ce n'est pas parce que tout le monde est convaincu d'une chose qu'elle est juste.

 

Alors, pour le moment, je laisse mon végétarisme se faire de la place. Je suis de plus en plus convaincue qu'il me satisfera un jour au point que je n'aie plus l'envie d'aucun écart...

 

En revanche, la question de la souffrance animale nécessaire à la production de lait et d'oeufs (j'achète déjà des produits non testés sur les animaux, dès que possible, ou je m'en passe - hors  médicaments. Je préfère les cosmétiques testés sur les anglais ! ) m'interroge depusi un moment. Car la naissance d'un veau est nécessaire à la production de lait, et l'élimination des poussins mâles à celle des oeufs. Même si j'achète des oeufs bo et de plein air.

 

J'ai donc décidé d'essayer d'apprendre à cuisiner végétalien. Parce qu'au final, je crois que c'est cela qui me retient, la non-connaissance. Quand je saurai cuisiner autant de plats végétaliens aussi bons que mes plats végétariens, j'aurais deux fois plus de bonnes recettes à dispo, dont une moitié 100 % "safe" ...

 

J'avoue que j'ai du mal à me lancer car je n'aime pas les substitutions : autant un cake courgette-olive-tomate, c'est une recette différente d'un cake jambon-lardon-fromage, autant faire le même cake avec du lait de riz et du substitut d'oeuf, ça ne m'emballe pas. J'aime utiliser les produits pour eux-mêmes ... Le meilleur exemple, c'est que mes muffins préférés sont végétaliens, car faits avec de la banane. J'ai longtemps cru également que les produits de substitution (lait de soja, de riz ....) venaient de très loin, et je ne trouvais pas ça très écologique. Mais c'est de moins en moins le cas ! Alors, lançons nous !

 

http://2.bp.blogspot.com/_zp3Dq9CLn9E/TNdUsAPgHUI/AAAAAAAABPI/_IIKI4qvXnc/s1600/Cagibi_Burrito+v%C3%A9g%C3%A9talien.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Mieux manger
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 15:45

Il ne s'agit pas d'en finir avec le végétarisme et le végétarisme, vous vous en doutez ! Ou alors, vous venez d'arriver ici, et vous êtes le(s) bienvenu(e/s) !

 

Poue ne pas mourir idiote, j'ai regargé l'Adieu au Steak. Je n'ai pas vraiment trouvé ce documentaire révolutionnaire, mais il était loin d'être nul ! Je ne l'ai pas trouvé génial, génial, car, comme il s'agit d'une problématique à laquelle je m'intéresse depuis longtemps, je n'ai pas appris grand-chose.

 

Si ce n'est que je n'avais jamais vraiment réfléchi (pourtant, je l'avais remarqué, mais pas analysé) à "l'histoire anthroplologique" qui fait qu'en Occident, la consommation de viande est associée à la force, et à la virilité. Ce qui explique en partie pourquoi les femmes sont un peu moins "harcelées" par les omnivores pas malins ( je répète encore, tout le monde n'est aps comme ça, mais oui, il y en a. Des végétariens pas malins aussi, mais j'en croise mois !)  que les hommes végétariens, et le pourquoi de l'idée très couramment répandue que "la viande, c'est un truc de mec". Surtout rouge et saignante d'ailleurs.

 

Je n'ai pas de commentaire à faire à ce sujet, sinon que, si l'on se juge à l'aune de ce que pensent les autres de nous, il faudait alors avoir un steak dans son assiette, une grosse voiture, une R*lex et un écran plat, et que c'est justement ce contre quoi je m'élève. Accessoirement, le reportage montre très bien à quel point, dans les pays en voie de développement, manger de la viande est un signe de richesse. Sans avoir besoin d'aller si loin, parlez-en à des gens très agés, ou à ceux qui ont connu une guerre ! Attention, loin de moi l'idée de dire qu'une guerre ou une privation quelconque est une bonne chose. Ceci dit, à une époque, la viande était un mets de luxe. La société a changé, et aujourd'hui, nous avons de quoi nous nourrir. Manger de la viande, qui a gardé son image de produit "noble", c'est faire preuve d'une certaine aisance.

 

Pour autant, la viande est-elle toujours un produit de luxe ? Je dirais que, malheureusement, ce n'est pas le cas. En effet, les élevages en batterie permettent de "produire" de nombreux animaux à bas prix, ce qui dope la consommation. Et est mauvais pour la santé publique. (A ce propos, saviez-vous que pour accroître votre risquede cancer colorectal, il suffit de 300 g de viande rouge par semaine ? ) Pour s'en persuader, il suffit de se demander si on mangerait pareil si la viande coûtait deux fois plus cher. Cinq fois ? Dix fois ? Il n'est pas question, à mon sens, de faire gonfler ce prix artificiellement, parce que cela pénaliserait les plus pauvres. Cependant, ce prix est abaissé de façon tout à fait artificielle aujourd'hui, par le biais des subventions. L'erreur majeure de l'Europe a ainsi été de subventionner massivement les agriculteurs pour les sauver, au lieu de leur permettre de vivre de leur travail.  (Ce qui, c'est ce que j'ai appris d'autre, permet à l'Europe d'inonder les marchés africans de ses surplus, foutant un bordel sans nom dans l'économie locale.)

 

Cela dit, que l'on soit riche ou modeste, il est connu et reconnu qu'une alimentation végétarienne peut être aussi équilibrée qu'une alimentation non-VG, à condition de faire un peu attention (tout comme, pour avoir une alimentation non-VG équilibrée, il ne suffit pas, loin de là, de manger de la viande/du poisson ... Il faut également ne pas délaisser les légumes, les féculents ... Je suis persuadée que mon alimentation est bien plus équilibrée que celle de beaucoup de non-VG, qui croient qu'il suffit de "manger de tout" pour être en bonne santé. Et qui abusent de produits animaux, ou transformés... )

 

En revanche, il me semble qu'interdire certaines condition d'élevage est un devoir éthique. Et que redéployer les crédits alloués aux élevages industriels vers les produits qui sont vraiment indispensables ( légumes, légumineuses, féculents "naturels" comme le riz) ne peut qu'avoir un impact positif sur les plus modestes, surtout quand on voir aujourd'hui le prix des légumes. Car c'est bien ici que le bât blesse : aujourd'hui, "mal" cuisiner végétarien revient plus cher que de servir un repas non-VG de mauvaise qualité ... Quand on est harrassé par le travail et que les fins de mois sont difficiles, il n'est pas forcément simple de réapprendre à cuisiner, à se débrouiller, à optimiser ... Même si au final, ça revient moins cher une fois qu'on a appris à acheter en respectant les saisons, car quand la récolte bat son plein, les végétaux sont moins chers ...

 

D'une certaine façon, ce mécanisme contraindrait quand même les plus modestes, car le prix de la viande attendrait un niveau dont nous n'avons plus l'habitude. En même temps, il est de plus en plus évident que la consommation de trop de viande (rouge, en tout cas, ou charcuterie) joue un rôle dans la fréquence et l'âge d'appartition de certaines maladies, alors que la consommation de légumes serait plutôt de nature à protéger les personnes (c'est pas moi qui le dis, mais l'Institut national du Cancer !)  ... Quelque part, ce ne serait guère plus immoral que d'augmenter le prix du tabac. Et cela permettrait peut-être enfin aux éleveurs de vivre de leur travail plutôt que de subventions, d'être payés à la valeur de leur travail ...

 

De plus, consommer du tabac est généralement un choix personnel, mais qui n'a de conséquence que sur le fumeur. La consommation de viande, en revanche, si elle ne nous coûte presque rien, est un luxe pour la planète. 95% du soja produit aujourd'hui est par exemple destiné à l'alimentation animale. Laquelle, au passage, a un rendement de l'odre de 15 à 20% (pour du boeuf, pour faire simple). Vous imaginez le gaspillage ? L'eau, les terres arables, les engrais, les pesticides ? Sans parler du coût hallucinant en terme de perte de la biodiversité, et de ce que les grosses compagnies, qui dominent sans partage, imposent aux paysans d'Amérique du Sud (et aux Etats, puisqu'elles ont des budgets bien supérieurs... sans parler de l'OMC) , simplement parce que nous ne savons pas, en Occident, résister à la promesse d'un steak bien juteux ?

 

Pour faire simple, et pour clore cette longue série, il me semble que la viande est un produit de luxe, que nous ne payons pas à sa juste valeur. La question centrale, ce n'est pas de se priver ou de ne pas se priver... C'est de savoir, parce que c'est un fait, que la planète est limitée, et les ressources avec. Pour que notre mode de vie soit durable, nous n'avons pas le droit de consommer plus que ce qu'elle produit en un an... Faute de quoi, nous contractons une dette écologique vis à vis des générations futures set des pays les plus pauvres.

 

Pour faire simple, il est une métaphore que j'utilise souvent : en début de mois, nous sommes payés. Aevc cet argent, nous devons d'abord assurer nos besoins vitaux : manger, dormir -de préférence à l'abri-, avoir de l'eau, l'énergie nécessaire à nous chauffer si besoin ... Ensuite, (c'est très shématique) , nous pouvons, avec l'argent qui nous reste, décider d'acheter mille babioles, aussitôt possédées, aussitôt oubliées, et qui ne satisferont au final pas notre besoin de possession, car nous ne les aurons désirées que le temps qui correspond à leur prix. Alors que si nous devons patienter un mois pour nous les offrir, elles ont tout de suite plus de valeur à nos yeux... Ainsi, je préfère économiser pour m'offrir un bel objet quand j'en ai l'envie et le besoin,et avoir la satisfaction de n'être pas à découvert à la fin du mois.

 

En ce qui concerne notre alimentation, sa fonction principale est de nous nourrir, et de nous apporter de quoi vivre en bonne santé. Quoique l'on dise ensuite, tout le reste est superflu. Cela ne veut pas d'ire qu'on ne doit pas avoir de plaisir à se nourrir ... Au contraire, pouvoir se nourrir correctement tous les jours est une chance, il faut la savourer. Je crois que, dans cette optique, il est sage de consommer des produits "de luxe" rarement, car ainsi, on en profite mieux ... Et on ne creuse pas son déficit !

 

De plus, l'alimentation n'est qu'une de nos nombreuses activités. Si demain, un "compteur écologique" mesurait votre empreinte carbone, et vous interdisait de vous offrir quoi que ce soit de superflu quand vous seriez  "dans le rouge", en reportant votre "découvert" de mois en mois, de quoi vous passeriez vous en premier ? Votre voiture ? Votre shopping ? Votre ordinateur ? Votre steak ?

 

Moi, j'ai fait le choix de me passer de viande, d'abord, puis, récemment,de devenir "flexitarienne". Mon dernier repas avec de la viande ou du poisson remonte à ... Ouh là, je ne sais plus, honnètement. Trois semaines ? En tout cas, je ne ressens aucun manque. D'une certaine façon, même si c'est immatériel, je sais que je contribue à ne pas empirer les choses. Et j'en suis plutôt contente. Assez contente pour ne pas noyer mol mal-être dans la junk-food, ou me consoler avec un gros steak ... La boucle est bouclée !

 

Et encore, je n'aborde pas (encore ? ) le chapitre, pourtant intéressant, de la souffrance animale. Parce que je crois que devenir ne serait-ce qu'un peu végétarien, c'est culturellement difficile pour un Européen, et qu'il n'y arrivera qu'en se rendant compte que la consommation de viande (ou de poisson, hein !) a un impact énorme sur : la Terre, les gens qui y vivent, les écosystèmes. Ensuite seulement, je crois que les gens seront prêts à réfléchir (simplement réfléchir sans parti pris, c'est déjà énorme) à la question de la souffrance animale...

 

http://www.librairiegourmande.fr/boutique/im/articles/nobu_vegetarian.jpg

Après, manger VG, c'est vrai que c'est triste, cf l'image ci-dessus ... :D

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Mieux manger
commenter cet article
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 20:11

Pour ceux et celles qui veulent approfondir :

 

L'Adieu au Steak - Mardi 27.03 à 20h40, Mercredi 28.03 à 14h30, Jeudi 05 Avril à 10h35 (et en replay après, vous ne pourrez pas dire "ah mince, je l'ai raté !) sur ARTE.

 

Synopsis : De nombreuses études montrent que trop de viande rouge peut non seulement menacer la santé, mais également hypothéquer l'espérance de vie. Quant aux viandes blanches, elles contiennent trop souvent des résidus d'antibiotiques. De manière générale, les élevages sont aujourd'hui des entreprises high-tech dans lesquelles on oublie totalement que les animaux sont des êtres vivants et non pas de simples produits. Et pour nourrir ces animaux, l'Europe doit importer du fourrage de pays du Sud, au détriment des populations locales. Si on ajoute à ce tableau la contribution des élevages au réchauffement climatique et la pollution de l'environnement par les produits chimiques, il semble que le consommateur soit bientôt amené à reconsidérer ses habitudes.

 

Je ne l'ai pas (encore) vu, mais si le reportage est fidèle au synopsis, il me semble que ça peut être intéressant, sans être trop moralisateur ... (Voir les passages soulignés, si ça c'est pas prendre des gants ... ^^)

 

Mardi 27, ce film fera partie d'un théma, dont vous trouverez ici la bande-annonce, et qui comprend également un reportage sur "les nouveaux végétariens" et un débat.

 

L'ensemble du théma et du dossier se trouve !

 

http://www.arte.tv/i18n/6548300,templateId=scaled,property=imageData,height=177,v=1,width=312,CmPart=com.arte-tv.www.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Mieux manger
commenter cet article
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 19:38

Toujours dans "est-ce-que ça marche ?"

 

Environnementalement parlant, pour moi, ça ne fait aucun doute :

 

http://www.manicore.com/documentation/serre/assiette_graph5.jpgSource : Manicore

 

J'ai trouvé des tas de chiffres différents, et cela ne fait aucun doute pour moi que le calcul est compliqué: en effet, l'impact environnemental n'est pas le même pour une tomate de saison en pleine terre ou pour une tomate poussée en Bretagne en hydroponie. De même, si nous étions tosu végétariens, à quoi seraient alouées les surfaces qui servent aujou'd'hui à faire paître les bêtes ? Sans entrer dans le détail : l'animal a-t-il eu une alimentation bio (en terme de CO2, le bilan est impacté par les pesticide en engrais utilisés ou pas, mais le temps nécessaire à l'élevage est plus long ...)

 

Ceci dit, il me semble évident que plus on se trouve en bas de l'échelle alimentaire, moins on a d'impact sur l'environnement. Il n'y a qu'à voir, dans les zones encore préservées, le pourcentage d'animaux carnivores... S'il est trop élevé, bien évidemment, l'écosystème est très vite en danger. Vous imaginez dix lions pendant un an avec dix gazelles chacun ?

 

Alors, bien évidemment, comme il on trouve des personnes qui nient que le changement climatique existe , ou des personnes qui nient le rôle de l'homme sur ce changement, on trouve également des personnes qui pensent que les végétariens n'aident pas à lutter contre le changement climatique.

 

Essayons de décortiquer...

 

Et le Pr Mitloehner d'affirmer que non seulement la corrélation «moins de viande=moins de chaleur» est scientifiquement inexacte mais qu'elle a pour conséquence de détourner l'attention du plus grand nombre des solutions les plus efficaces pour lutter contre les changements climatiques mondiaux; et incidemment d'affamer un peu plus les plus pauvres.

 

Alors, alors... Scientifiquement inexacte ...? Il me semble pourtant qu'il est évident que pour être amené à l'âge auquel il sera tué pour être mangé, l'animal doit être nourri. L'aticle lui-même rappelle qu'il faut entre trois et neuf calories végétales pour produire une calorie animale. Dans ce contexte, il est évident qu'on peut très bien couvrir ses apports caloriques avec moins de dépense énergétique ... De plus,des dizaines de rapports scientifiques prouvent ce qui serait "scientifiquement inexact". Ceux du GIEC, par exemple. Alors en effet, le GIEC n'est pas sans défauts * , et la controverse actuelle, bien qu'elle me dépasse, n'est pas totalement infondée SI des personnes ont effectivement un peu arrangé les chiffres. En même temps, la science en question la climatologie, n'en est qu'à ses débuts... Et on ne peut probablemetn pas attendre encore un siècle avant de tirere des conclusions, sans quoi combien d'îles aurotn disparu ? Ceci dit, que les animaux consomment plus de calories - et donc d'énergie - qu'ils n'en offrent à la sortie, franchement, ça a besoin d'être prouvé ?

 

" qu'elle a pour conséquence de détourner l'attention du plus grand nombre des solutions les plus efficaces"


En effet, si vous avez un Porsh* Cayenn* et que vous roulez 100 km par jour, il y a plus efficace que de vous passer de votre tranche de jambon de midi. Seulement, il me semble bien que les gens sont assez intelligents pour comprendre seuls que pour diminuer leur impact, il y a des tas de pistes possibles, parmi lesquelles piocher à loisir ... Et que chaque petit effort, chaque prise de conscience est un pas de plus dans la bonne direction ! De plus, le gâchis d'énergie (chauffage, essence ...) devient de plus en plus onéreux. Ca m'étonnerait fort que les gens oublient ce paramètre, en pleine crise. Alros certes, cela nous apprend à être économes pour nous-mêmes avant, mais une fois que les bons réflexes seront pris ...

 

"incidemment d'affamer un peu plus les plus pauvres"


Alors ça , ça me fout en boule. Sans déconner, on fait ça comment pour affamer les pauvres ? Personnellement, je suis assez pour que le soja produit par Manuel Do Brasil ne serve pas à nourrir la vache qui me nourrirra pendant que lui, il crève la dalle, mais, au contraire, à nourrir Manuel et ses copains. D'ailleurs, une fois que l'économie ressemblera un peu à quelque chose, Manuel, il fera ce qu'il veut de son champ... Et j'espère qu'il aura accès à une sorte de Biau Jardin, pour lui permettre de vendre sa production au prix juste, à des Brésiliens, et ainsi, pouvoir s'acheter le matériel pour son exploitation ...

 

Or l'agence de protection de l'environnement américaine (United States Environmental Protection Agency) vient d'estimer que cette proportion est aux Etats-Unis six fois moins importante et ce tout en tenant compte des émissions directes et indirectes de l'élevage: 3% et non 18%!


La vérité doit être quelque part entre les deux, je pense... Ceci dit, la viande, aux Etats-Unis, c'est sacré... De là à bidonner les chiffres, je ne sais pas. Mais j'aimerais bien savoir qui paie les experts...D'ailleurs, le professeur dont on parle dans cet article a été en partie financé par les industriels de la viande...

 

La réduction de la production de ces aliments aurait pour conséquence d'augmenter le nombre de personnes qui souffrent de la faim dans les pays pauvres (...) La solution passe selon le spécialiste américain non pas par une réduction de la production mais au contraire par une augmentation de celle-ci associée à une modification des méthodes mises en œuvre dans les pays en développement qui doivent faire face à un accroissement de la demande alimentaire. Il s'agit ici d'aider au plus vite ces pays à adopter des méthodes d'élevage de type occidental..


Donc, résumons. Le modèle occidental est un échec, il n'y a jamais eu autant de gens qui meurent de faim,mais exportons le ! Sans rire... Le 20e siècle, siècle de la Seconde Révolution Industrielle, les tracteurs, les engrais, a donné naissance à un monde ou une personne sur six souffre de la faim. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, il est évident que le modèle est à jeter ... En plus, tous ces gens , jusqu'au 20e siècle, ils se nourrissaient ... (Bon, ils étaient moins nombreux, mais la proportion était nettement moins importante.) On m'objectera qu'il s'agissait d'une agriculture de subsistance, et que l'agriculture comme métier, c'est mieux, parce que ça permet de se payer un toit, des livres d'école... Sur le papier, ça marche, mais avec les prix pratiqués par les grosses firmes agroalimentaires, qui décident de qui fait pousser quoi et à quel prix, ça donne ça quelque part,

 

http://www.espaceagro.com/_AFFAIRE/25960.jpg

 

et ça ailleurs :

 

http://www.humaterra.info/local/cache-vignettes/L500xH334/brulis_deforestation-5343b.jpg

 

Tout ça pour nourrir des gens qui ne nous ont rien demandé (ah, le mythe de l'occidental qui est là pour civiliser le monde...) , et qui meurent de faim à cause de notre économie, de la société que nous avons inventée.On devrait plutôt (enfin) leur foutre la paix, en les aidant comme on peut à réparer nos conneries (pilalges de ressources, pollutions, frontières à la con qui ont créé des guerres à n'en plus finir ...) Si on voulait vraiment prendre soin de ces gens, on commencerait par partager avec eux ce qu'on a ... Y compris nos réserve de barbaque ... !

 


Je tiens à préciser que je n'accuse personne, individuellement. Enfin si, les gens qui s'en mettent plein les poches à fabriquer de la viande à la chaîne, n'importe comment, à n'importe quel prix. Mais je n'en connais pas.

Ceci dit, nous sommes forcés de reconnaître que c'est l'Occident qui a, de parsa politique, ses inventions, son expansion coloniale, rendu tout ceci possible...

 

C'est aussi pour ça, et même pour ça surtout, que ce type de discours me gonfle. Il sous-entend que, dans le monde mondialisé et capitaliste (ce n'est pas un jugement, c'est une constataion... Même si moi, j'avoue que je trouve que ce n'est pas un bon système) , la seule solution, c'est d'être toujours plus rentable, toujours plus industrialisé, toujours plus capitaliste... Parce que nous n'aurions aucun pouvoir, à part le droit de vote.

 

Mais alors, que faire pour que [les] efforts en matière d'environnement [portent] bien sur la réduction de la consommation de pétrole et de charbon pour l'électricité, le chauffage et les transports (...) ? A part prendre nos vélos et baisser nos chauffages, les pistes sont assez minces à notre niveau. Et, bien que je croie dut comme fer aux énergies renouvelables, elles ne sont pas encore à portée de toutes les bourses, souvent. Même avec le retour sur investissement, il faut parfois débourser une somme conséquente !

 

Etre autre-tarien, ça par contre, non seulement c'est gratuit, mais ça fait même économiser de l'argent... Et, quoi qu'en dise le Professeur, 80% de l'alimentation des Poison-Chocolat aujourd'hui est végétale, bio, éthique et locale (moins de 20km.) Si ça, c'est pas une réussite...

 

* Impossible de résumer en quelques références le débat, je vous laisse le soin de vous faire votre propre idée...

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Mieux manger
commenter cet article
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 21:53

Alors, reprenons les questions dans l'ordre où nous les avions posées...

 

Est-ce que ça marche ?

 

Ben ça dépend de ce à quoi on se réfère !

 

En ce qui me concernait, ma motivation première était de réduire encore un peu ma consommation de produits animaux, afin de tenter une cuisine plus végétale. Laquelle, je l'espérais, aurait un impact sur l'environnement plus limité, plus de variété, du gôut (n'oublions pas le principal ;) , serait plus saine, et moins chère. Et plus pratique aussi, car les végétaux se conservent assez bien, en tout cas plus que de la viande ou du poisson !

 

En ce qui concerne la réduction de produits animaux dans mon assiette, le résultat est sans appel ! Depuis le premier janvier, j'ai mangé deux fois des crevettes (j'avoue, c'est parce que je n'ai pas eu le temps et la motivation nécessaires pour expliquer à Lady H. qu'elle n'a pas besoin de cuisiner en fonction de moi, qu'elle a qu'à faire ce qu'elle veut, et que je m'adapterai ... Mais comme elle me connaît bien, il faudra remettre les choses dans leur contexte, comme ici, et ça peut être long. Parce qu'elle aura des arguments "contre", et des arguments plus intéressants que pas mal de gens ... :p  ) et une fois des lardons. Ca va sûrement faire halluciner pas mal de monde, vu que mon dernier bout de viande remontait à 12 ans...

 

Et franchement, je ne m'en suis pas sentie génée, ou coupable. Je comprends les argments des anti-spécistes, ainsi que des végétariens. Pour le moment (mais quelle sera la durée du moment, cinq ans, cinq mois, ou toute la vie ? ) , je ne me sens pas tout à fait prête à passer à une alimentation 100% végétarienne. Mais j'avoue que la petite quantité (60 g je pense) de lardons m'a semblé un bon compromis ente mon envie et la raison, ce qui n'aurait pas été le cas avec une entrecôte d'une livre (en admettant que j'en aie eu envie, et on en est loin !)

 

Donc, 3 fois de la viande /du poisson en deux mois, soit très nettement moins qu'avant, où je devais être à 2-3 fois du poisson par semaine, que la portion soit petite (une tartine de rillettes de saumon, par exemple) ou normale (un filet de poisson.)

 

Du coup, forcément, ma cuisine est plus végétale (je précise pour ceux et celles qui se font déjà du souci pour mon chéri *  que ça concerne surtout ma cuisine du boulot. Pour les repas avec lui, je continue à faire comme avant, et je ne mets tout simplement pas de portion de viande/poisson pour moi.)

 

Et l'un dans l'autre, je me sens plus légère. La balance n'affiche aucune différence, mais moi, je me sens mieux dans ma tête et dans mon asiette, plus au clair avec ce que je pense et ce que je vis. Du coup, je me pose plus souvent (encore plus, car j'essaie de fonctionner comme ça depuis déjà un bail) de ce qui me fait vraiment envie, ce dont j'ai faim... Et je m'écoute plus. Parfois,mon choix s'avère surprenant, comme ce midi où, parmi tout le choix de desserts du supermarché, j'ai pris une belle pomme, parce que je me suis rendue compte que c'était pas parce que j'avais à portée de main des Marronsu*s et des macarons à la pistache qu'il fallait en profiter. Et que j'avais vraiment plus envie

d'une bonne pomme que d'un macaron.

 

En ce qui concerne l'impact sur l'environnement, il me semble que, comme je mange plus de végétaux et moins de choses transformées, il ne peut être que meilleur... On y revient très vite !

 

(J'ai une semaine assez compliquée de prévue, jusqu'à lundi soir prochain. J'espère revenir très vite, mais ne m'en veuillez pas si ça n'est pas le cas ...)

 

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://blogopub.tv/wp-content/uploads/2010/07/mc-donald-hamburger-vegetarien-thumbhome1.jpg&sa=X&ei=NURNT4bfMYns8QPy1anfAg&ved=0CAwQ8wc4Ow&usg=AFQjCNGDtpXl6g1Wdl3lb50w0jFF1dec7g

 

(* Mia me fait remarquer que le chéri, il peut se faire à manger, et se faire ses courses... Elle a bien entendu raison, et j'ajouterai que c'est pas parce qu'il a un chromosome Y qu'il est obligé de manger de la viande... Mais j'entends tellement, tellement souvent que je le prive, j'ai l'habitude de prendre les devants, avec suffisamment de second degré pour que mon interlocuteur comprenne que ça me saoule. Là, c'était pas flagrant ...)

 

http://eleicoes.raquelcamargo.com/wp-content/uploads/2010/09/sarcasmo-leonard.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Mieux manger
commenter cet article