Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 23:55

Comme tous les ans au mois d'avril (les esprits chagrins pourraient faire subrepticement remarquer que le fait que notre gouvernement se préocuppe de développement durable, ça ressemble à un poisson d'avril. Mais passons !)

 

Le thème de cette année : "Changeons nos comportements".

 

A ce titre, je vous conseille les quizz de la SDD pour faire le point sur vos bonnes (et moins bonnes) habitudes (et je me permets au passage de faire remarquer que dans les résultats du quizz n°1, on peut noter ceci :

 

"Je diversifie mon alimentation en redécouvrant les protéines végétales : lentilles, pois chiches, pois cassés, fèves, flageolets, soja... ainsi que les céréales."

 

Si ça c'est pas un appel du pied à manger moins de viande ... D'ailleurs, comme on peut le lire entre autres ici, c'est meilleur pour la santé, et surtout pour diminuer (je ne dis pas faire disparaître, hein) les risques de cancer colo-rectal.

 

Pour en revenir à la SDD, j'ai fait tous les quizz, et je suis plutôt une très bonne élève. D'ailleurs, je trouve que les conseils donnés en fin de quizz vont "assez loin" : participer à la vie sociale de son quartier, faire des achats solidaires et repossables, idem pour le tourisme si on en fait, achteter des produits labellisés, placer son petit bas de laine de façon éthique ... Ca me fait doucement rigoler quand on voit la politique actuelle de notre chère droite, soit dit en passant !

 

Bref, si vous faites déjà tout, je pense que vous méritez une belle médaille en chocolat - équitable bien sûr !

 

Pour ma part, je travaille toujours à réduire mes émissions de CO2 de 282 kilos par an. Et bien que mon vélo et moi ayons déjà remporté quelques victoires, c'est très difficile à chiffrer. Par exemple, hier, j'ai fait 3,7km de vélo, et à peu près 3 à pied, pour me rendre à Clermont. Au retour, on commençait à en avoir plein les pattes, et il se faisait tard, on a donc pris le tram, marché à peu près 1km pour revenir en vélo (re 3,5km).

 

Et maintenant, comment savoir combien de CO2 j'ai économisé par rapport à ma pratique "normale ?"

 

On pourrait considérer que le tram roulant à l'électrique, je n'ai émis aucun CO2. Sauf que le tram, il a fallu le fabriquer, il faut l'entretenir ... Idem pour mon vélo !

 

Quant à ma pratique normale, qui est de prendre le bus, comment calculer combien elle émet ? En divisant l'émission de CO2 moyenne des bus par le nombre moyen de passagers ? (En admettant que je trouve ça quelque part). Mais si, pour réduire notre empreinte, presque plus personne ne prend le bus, il va disparaître ... Et ça fera combien de voitures en plus ?

 

Quel casse-tête !

 

En attendant que je trouve la réposne à mes questions, je pense profiter de la SDD près de chez moi, et je vous encourage à faire de même. Le programme, c'est ici !

 

 

http://www.semainedudeveloppementdurable.gouv.fr/IMG/siteon0.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Think green !
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 12:55

Je reprends enfin la série d'articles sur la compensation carbone de notre voyage au Japon (?)

 

( Je le dis tout de suite car je sens bien les questions qui vont venir : sous réserve qu'il n'y aie pas de danger avéré, je suis pour partir quand même, l'Homme-Chocolat pas trop.J'attends ça depuis trop longtemps pour arriver à me dire qu'on peut changer de destination, que ce n'est que partie remise ... Rien que de coucher ça sur le "papier", j'ai l'estomac qui fait des noeuds et presque les larmes aux yeux. D'autant que si on décide d'annuler, comme les catastrophes naturelles ne sont à priori pas garanties par notre assurance, il faudrait que ce soit moi qui demande à mon chef un papier de "changement de dates de congés", car l'Homme-Chocolat sera officiellement "sans travail" à ce moment là (entre deux contrats). Et ça, vraiment, je crois pas que je vais y arriver, parce qu'au fond de moi, je veux partir quand même. En plus, même en faisant comme ça, pas sûr que ça marche (vous y croiriez vous à l'histoire du changement de congés, six semaines avant,  pour le Japon, si vous étiez notre assureur ? Moi pas !!! )

 

On attend donc de savoir si les régions prévues à notre programme ont subi des dommages ou pas, et de voir comment la situtation évolue. On se fiera aux informations du Quai d'Orsay pour savoir s'il y a danger, à celles du JNTO et de l'ambassade de France au Japon pour savoir si il y a des dégâts et si les trains sont à peu près en service normal - Connaissant les  Japonais, ça m'étonnerait que non, d'ici là. Le problème étant que si on attend trop, ça risque d'être galère pour trouver un "plan B".Ca peut paraître cruel, mais 4 semaines de vacances, ensemble, en été, on attend ça depuis des années, donc oui, on a l'intention de partir quand même. De toute façon, qu'est-ce-qu'on peut faire ?


Oui, on compatit énormément, oui, on pense qu'on devra changer notre itinéraire, oui, si on peut, on essaiera de faire quelque chose d'utile sur place. Mais en attendant d'avoir plus d'infos, je continue à creuser le sujet de la compensation ça servira toujours !)

 

Si vous vous souvenez bien (sinon, c'est ici ), j'ai dit que le mécanisme de la compensation volontaire et pécuniaire ne me convenait pas à 100%. J'ai donc décide de compenser mes émissions une fois de cette façon,et une fois "dans la vraie vie".

 

J'avais précédemment estimé mes émissions carbones pour ce voyage à 1.25t eq Carbone (pour la nuance entre équivalent CO2 et équivalent carbone, c'est ici aussi), et mes émissions annuelles à 857 kilos (en étant un peu large).

 

Pour mémoire, le seuil "admissible" communément admis est d'à peu près 700 kg eq Carbone. (Ici et les liens les plus pédagogiques que j'ai trouvé, la valeur y est plus ou mons élevée, mais j'ai décidé de ne pas trop tergiverser )

 

Par commodité de calcul et parce que c'est plus facile, j'ai décidé de compter que je ferai un voyage de cette envergure par décénnie. Ce qui bien évidemment est un peu faux :

 

Depuis le début de ma vie professionnelle, j'ai effectué un voyage en avion,en Irlande, soit environ 125kg eq Carbone.

Si on ajoute ce fameux voyage au Japon, on arrive à 1375kg eq C.

Soit une moyenne de 152 kg eq C. par an.

 

Si on part plutôt de mon entrée en cité U ( celle où j'ai commencé à avoir mon budget, donc la potentialité de voyager comme je l'endendais ... Avant ça je partais avec mes parents, mais on ne va pas remonter jusqu'à ma naissance, je vous le dis tout de suite :P), on arrive à environ 2 tonnes, pour 13 ans, soit 153 kg. Ok, on peut dire que c'est kif-kif !

 

Quand je dis que je pense faire un voyage de cette envergure par décennie, je n'exclus pas de partir au CAnada l'année prochaine, je dis juste que l'un dans l'autre, en comptant les périodes où l'in ne pourra pas trop voyager, ça devrait faire à peu près ça. Si on a la possibilité de voyager plus, on verra si les avions sont plus propres (ou on prendra d'autres moyens de transport, le Transsibérien, ça me parle ! :D )

 

Donc, j'ai décidé de réduire mes émissions TOTALES de : 312 kilos par an (857+ 155-700) pour compenser mes voyages, et en plus (allez, tentons), de faire passer mon impact sous la barre fatidique.

 

La différence avec le titre provient du fait que je n'avais pas compté l'Irlande, mais j'avais dit que j'allais mettre ce titre, et j'avais espéré que vous devinieriez pourquoi, alors je le garde).

 

312 kilos. Ca fait plus de cinq moi !

312 kilos. Ca fait 26 par mois.

312 kilos. Ca fait 60 kilos de boeuf. Ah mince j'en mange déjà pas !

 

A ce titre, si j'ai été longue à rédiger cet article, c'est à cause de la controverse qui plane sur l'efficacité du végétarisme pour réduire son empreinte carbone. Je ne vais pas faire un bilan complet de mes lectures (sauf si vous y tenez !) , mais j'y ai passé des heures, et j'ai décidé de faire confiance à la FAO qui annonce 18% d'impact sur l'impact du réchauffement climatique. D'autant qu'en ce qui concerne la France, j'ai retrouvé souvent les chiffres de 9 à11% et 21%, et que je crois fermement que la vérité se trouve entre les deux, suivant qu'on prend en compte seulement les gaz émis par l'exploitation elle-même (méthane, chauffage et électricité des lieux de vie des animaux, carburant des tracteurs, moins la stockage de CO2 dans les prairies ...) ou tout ce qui fait que la viande arrive dans l'assiette du consommateur (déforestation pour produire du soja, confection et acheminement des tourteaux, fabrication des tracteurs ...).

 

Si vous voulez en savoir plus, je vous invite à faire vos recherches, mais je vous conseille ce lien, celui-ci. Je voudrais juste ajouter au dossier que "l'Expert" qui a fait naîte cette polémique a en partie été financé par les industriels de la viande, et que le dernier homme politique américain "accusé" d'être végétarien s'en est vertement défendu, "parce que ce serait aller contre un des principaux intérêts américain" (La citation n'est pas exacte, je ne retrouve aps ma source, pouvez-vous m'aider ?)

 

Je tiens juste à préciser que je ne place pas le petit éleveur de bovins français sur le même plan que l'américain ou le Brésilien qui a des milliers de vaches. Si vous n'êtes pas végétarien et que vous osuhaitez réduite votre impact, ça peut aussi passer par là ... Il faudrait aussi approfondir le cas du lait, je sais.

 

A suivre (finalement, il me reste encore au moins deux articles ...)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Think green !
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 13:38

J'ai longuement réfléchi.

 

Je reconnais que je n'ai pas envisagé un seul instant de ne pas partir au Japon avec l'Homme-Chocolat, car j'estime, à tort ou à raison (je dirais à tort à brûle-pourpoint, mais comme je suis têtue et que je ne veux pas rester avec ça sur la consience, ça sera plutôt à raison. Enfin,c'est ce que j'espère...) que je fais déjà beaucoup d'efforts, et que j'ai aussi le droit de vivre un peu. Après tout, pourquoi est-ce-que ce serait toujours les mêmes qui se sentiraient "obligés" d'être piétons, végétariens, sobres en achats, locavores, alors que d'auters s'empiffrent d'essence et de kilomètres d'avion, sans avoir le moins du monde mauvaise conscience ?

 

Ceci dit, j'écris ça un peu par provocation. Car une fois qu'on s'est rendu compte de son impact, il est à mon avis trop tard pour reculer, et chaque petite pas, chaque gramme de CO2 émis en moins, chaque déchet non produit ou valorisé a un sens.

 

Je pars au Japon, donc.

 

Mais je vais compenser.

 

Et plutôt deux fois qu'une.

 

Après un examen rapide des possibilités de compensation Carbone auxquelles j'ai accès, j'avais déjà un peu développé mon raisonnement. Je veux bien participer à un projet de reforestation, mais pas à l'autre bout du monde, car je trouve ça un peu immoral de compenser les émissions produites en Europe par des projets qui privent un peuple de ses terres. Arables ou pas, je trouve ça un peu colonialiste comme procédé. En revanche, s'il s'agit de préserver une forêt (à condition, là encore, que la population vivant dans la zone protégée puisse en profiter, par le biais par exemple de l'écotourisme, ou d'une explotation raisonnée et non destructive) , ou de donner accès à des populations pauvres et éloignées à des technologies "modernes" de cuisson, afin de réduire la déforestation et de permettre à des personnes de vivre mieux, tout en les sensibilisant à la protection de LEUR environnement, je suis plus partagée.

 

Quelque part, je trouve toujours ça un peu déplacé, cette idée que l'Occidental arrive en chevalier (blanc) pour apprendre au "sauvage" comment il doit se comporter.

 

En revanche, je reste intimement persuadée, que c'est nous, Occidentaux, qui avons le plus fait de conneries.

 

Conneries qui aujourd'hui dégradent notre environnement, polluent nos ressources, font mourrir de faim ou de maladies que l'on peut soigner des centaines de millions de personnes, chamboulent complètement le mode de vie de tous, et ce au bénéfice de quelques-uns.

 

Donc, je me suis fixée deux buts :

 

1. Compenser mon CO2 par un mécanisme de compensation "standart", visant à payer une association pour qu'elle investisse dans un projet concret.

 

J'hésite entre la mise en place de foyers de cuisson à haut rendement en Erythrée,

Et la reforestation pour la protection d'un captage d'eau en France.

 

Votre avis ? (Ca m'arragerait que l'Homme-Chocolat se pose exactement la même question,avec les deux mêmes "lauréats", on ferait moitié-moitié comme ça)

 

2. A suivre ...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Think green !
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 23:10

"Oh, la vache."

 

En vrai, j'ai été beaucoup plus grossière que ça.

 

J'ai toujours pensé (en j'ai trouvé écho à ma réflexion dans cette note extrèmement bien faite à mon goût) que compenser son carbone, c'était bien, mais pas assez. Je pense que cette action est indissociable du travail sur notre propre mode de vie afin de réduire nos émissions. D'autant que souvent, les projets de compensation visent à intervenir dans des pays moins "développés". Donc, à mon sens, compenser sans chercher à réduire, c'est un peu se comporter en "colon planétaire" : Moi je fais ce que je veux, je change rien, mais avec un peu de mon fric, je peux m'acheter une cosncience".

 

Bon, c'est mieux que rien, je pense. Mais je persiste à dire que ça ne suffit pas.

 

J'en avais déjà conscience avant de cliquer sur ce fameux bouton "Calcul", et croyez-moi, j'en ai encore mieux conscience maintenant.

 

4,5 Tonnes.

 

Voilà ce qui est apparu dans la petite fenêtre.

 

En fait, sur le coup, tout seul, ce chiffre ne m'a pas parlé.

 

J'ai donc cherché à le comparer à la moyenne des émissions de CO2 par personne, au niveau planétaire, mais je n'ai pas trouvé cette info "résumée" - en revanche, l'ADEME a fait un comparatif qui me paraît fiable ( mais je n'y connais pas grand chose) . Je me suis donc penchée sur la moyenne d'émission par an et par personne en France et en Europe. Sans surprise, j'ai trouvé des tas de chiffres différents.

 

Pour raisonner, je me suis basée sur le chiffre d'environ 16t/ménage et par an fourni par l'ADEME. Soit, si on prend le nombre moyen de 2,2 personnes par ménage tirée du recensement, on arrive à environ 7.27t/tonne et par an.

 

Là où ça se corse, c'est que je souhaiterais connaître la quantité d'équivalent Carbone à laquelle "j'ai droit" par an. A savoir, la quantité de carbone que toute l'humanité peut produire en un an sans dégrader le climat, le tout divisé par le nombre d'habitants.

 

D'après ce que j'ai lu deci-delà (je ne cite pas ma source car c'est le chiffre qui est revenu le plus souvent, un peu partout), l'objectif des protocoles après-Kyoto devrait être de diviser nos émissions par 4 d'ici à 2050.

 

Quant à la "limite soutenable", on accepte en général une valeur de 500 à 700kg/an/personne. Soit 1/4 de la "valeur moyenne pour un français." Ah, ben c'est plus 7 tonnes ??? Si je comprends bien, un français "normal" produit QUATORZE fois trop de carbone ?

 

Ca me paraissait tellement désepérant que j'ai souhaité m'être plantée dans mes calculs, mais non. Alors, j'ai cherché d'où ça sortait, cette différence.

 

 

Après moult recherches, j'ai enfin trouvé la soution.

 

En effet, les calculateurs de compensation donnent une valeur en équivalent CO2, alors que les sites qui donnent une valeur d'émission globale soutenable parlent en équivalent carbone.

 

Et 1t équivalent CO2 = 0.2727 t équivalent carbone ! - et 1t eq Carbone = 3.66 eq CO2

 

 

Donc, je produis environ 2 tonnes d'équivalent Carbone, soit environ 7 tonnes d'équivalent CO2, selon les statistiques.

 

Selon mon propre bilan fait ici, je suis quand même bien meilleure élève, puisque j'arrive à 857 kilos eq Carbone, et ce sans ajuster ma consommation électrique et de gaz, que je n'avais pas en tête. Donc, en étant un peu "large".

 

Bon, ça ne fait toujours pas moins de 500.

 

Et mon voyage en avion, pour le coup, chiffe à 1.25t eq Carbone. Soit une fois et demie plus que le reste de mes activités de l'année.

 

A suivre !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Think green !
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 12:39

En partie en réponse aux commentaires de La Bouseuse et de Hecatessen, je vous propose de faire le point sur les émissions carbone de notre voyage au Japon.

 

Nous ne savons pas encore vraiment si nous allons atterrir et décoller à Tokyo ou à Naha (Okinawa) . Au stade actuel de nos réflexions, et vu que nous avons de toute façon décidé de passer par ces deux villes, il me semble plus judicieux d'aterrir à un endroit et de redécoller à un autre. Idéalement, je pencherais pour ce schéma :

 

Clermont >TGV>Paris>Avion>Tokyo>Train>Kyoto>Train>Fukuoka>Avion>Naha(>Bateau>Iriomote>Bateau>Naha) >Avion> Paris >TGV> Clermont

 

Bon, évidemment, ce n'est qu'un schéma, auquel il manque toutesl es étapes intermédiares, et qui peut être inversé, modifié selon la météo ... L'avantage de ce schéma, c'est qu'il permet de ne faire qu'un voyage entre Tokyo et Naha. Alors que si on doit décoller et atterrir au même endroit, il faudra faire l'aller retour. Donc un trajet en avion en plus. Il nous reste à voir au niveau du prix, mais je pense que c'est la meilleure option envisageable, aussi bien au niveau des émissions de CO2 que du temps (le nôtre.)

 

Alors évidemment, on pourrait aussi envisager de se concentrer uniquement sur les îles principales, à défaut d'Okinawa. Sauf que je rêve d'y aller depuis longtemps (et que bon, c'est aussi mon voyages de noces, pas seulement celui de l'Homme Chocolat qui me bassine à longueur de journée - et à raison avec Kyoto ^^) , et que nous ne prévoyons pas de partir au Japon dix fois. (Surtout que du coup, écologiquement parlant, ça serait un peu dommage de multiplier les aller-retours.)

 

Donc, grosse maille, j'ai commencé à regarder pour la compensation sur la base d'un aller-retour Paris-Naha (l'AR Paris-Tokyo fait un peu moins de km, mais à peine. Partons donc sur le "pire des cas").

 

Je me suis volontairement limitée à trois organismes de compensation : Action Carbone, Climat Mundi et CO2 Solidaire.

 

Je les ai choisis car les sites sont en français (je me pose déjà bien assez de questions comme ça sans avoir en plus de problèmes à comprendre les termes techniques), et qu'ils sont signataires de la Charte de l'ADEME, ce qui me paraît un gage de qualité. On verra si les recherches de mon compagnon de voyage le mènent au même endroit ! ;)

 

Ensuite, j'ai lancé le calcul.

 

A suivre !

 

 

http://les4elements.typepad.fr/.a/6a00d83529ea3953ef01053576aa27970b-800wi

Image chipée

 

(Je sais, c'est vache, mais je serai loin de mon PC ce week-*end, et j'ai trop de choses à dire pour un seul billet. :D )

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Think green !
commenter cet article
15 février 2011 2 15 /02 /février /2011 13:52

(Oui, ce titre est aussi un hommage à ma bouseuse préférée).

 

Aujourd'hui, il fait encore beau et chaud, très chaud même pour un mois de février en Auvergne. La météo ayant prédit la fin de ce printemps avant l'heure pour dimanche dernier, je m'en réjouis d'autant plus (ou alors, la météo a les mêmes plannings que nous autres, gens du bâtimen,t :P). On fera moins les malins quand il fera moins dix et que les giboulées de mars seront à nos portes ... :D Qu'importe, profitons-en !

 

Donc, ce midi, je suis sortie profiter du soleil, avec en arrière pensée l'idée d'un petit tour à Botanic pour y acheter une jolie carte pour répondre à un faire-part de mariage, et de refaire le plein de "Mélange bonne humeur" d'Hildegarde de Bingen. J'adore ce mélange, et comme c'est bon, ça me met de toute façon de bonne humeur ! :D

 

Ce qui est plus rigolo, c'est la suite. Ca fait longtemps que je pense acheter "Faut-il être végétarien ?". Comme je n'ai pas été satisfaite de ma réaction face à l'intérêt (pourtant palpable) de ma collègue ce midi sur mon alimentation, et que je me suis rendue compte que c'était sûrement parce que je suis moi-même un peu perdue dans mon propre raisonnement, je me suis dit que ça ne pourrait pas faire de mal un peu de lecture ! :)

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51laO0SsaZL._SL500_AA300_.jpg

 

Au détour du rayon, je suis attirée par un autre style de livres, tout aussi interressants :

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41%2BEVZ9byNL._SL500_AA300_.jpg

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51b%2BxJAwOJL._SL500_AA300_.jpg

 

Je le dis et je le répète (pour me convaincre ? :P ) , je ne me sens pas encore prête. Comme l'Homme-Chocolat non plus, ce n'est aucunement sujet de discorde, au contraire. On rêve à long terme, on plaisante, on imagine, et on est tous les deux bien contents que ce ne soit pas encore le moment.

 

En revanche, mon cerveau, lui... On dirait qu'il nous fait une petite fixette ! Je ne sais absolument pas pourquoi je ressens le besoin de ce genre de lectures (sachant que chaque livre ne prend qu'une poignée d'heures à lire, mais que les recherches et discussions qui en découleront, ça sera une aute paire de manches ! ) maintenant. Peut-être pour me laisser le temps de "digérer", peut être pour être parfaitement "en harmonie" vis-à-vis de moi-même et de mes ressentis sur ces sujets avant d'en parler avec mon amoureux, peut-être parce que mon implant arrive hélas bientôt à terme, et qu'il va falloir que je me confronte à l'Ennemi (je plaisante ! :D - pour ceux et celles qui ne suivent pas, je parle des médecins "de la sphère gynécologique". ).

 

A ce propos, j'avais accueilli assez vertement Floh qui me conseillait, avec moult prudence et diplomatie, de me faire aider à gérer ma phobie (et non pas "de me faire soigner", ce qui est très différent.). Avec le recul (et avec son explication sur les mécanismes du papillomavirus, aussi), je me rends compte que j'ai un peu négligé, par peur justement du médecin, cet aspect-là de ma santé. Et que ce n'est pas très bien, vis à vis de moi-même, et surtout de mes proches. (Ca demanderait à être développé).

 

J'ai pris rendez-vous chez mon homéopathe pour aute chose, je crois que je vais "en profiter" pour m'en ouvrir à elle.

On verra ce qu'il en ressortira !

 

Tout ça pour dire, si vous aimez ce genre de sujets, il va y avoir plein de choses à lire ici, et j'espère que vous aurez envie d'échanger vos réflexions. (Pour les BtB,les amatrices de rouleaux de printemps et les couturières du vendredi - ou des autres jours- ne vous insquiétez pas, il y en aura aussi pour vous !)

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Think green !
commenter cet article
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 21:28

Parce "qu'il faut" quand même bien en parler ...

 

Surtout qu'après le désastre de Copen-blague, j'ai comme la très nette impression que ce sujet n'interesse pas grand monde. Moi qui me tiens pourtant plus ou moins au courant de ce genre de choses (en général, je ne lis que la rubrique politique du journal, à part éventuellement les sorties ), je n'ai découvert la tenue de ce sommet qu'il y a deux-trois jours, alors qu'il a débuté le 29 Novembre (et se termine vendredi).

 

Que dire ...

 

Bon, personnellement, que ce sommet se tienne à Cancùn, ça me fait déjà grincer des dents. Franchement, Cancùn ... Le paradis du Spring Break, de la picole, du béton, de la consommation, de l'overdose de sexe ... Je ne pense pas être puritaine, à mes yeux, entre adultes consentants, rien n'est "mal". Y compris à plus que deux, avec accessoires ... Mais Cancun, c'est un peu le Las Vegas du jeune ... Symboliquement, c'est l'endroit ou des centaines de milliers d'étudiants viennent faire n'importe quoi, sans aucun compte à rendre, sans aucune limite, sur une bande de sable massacrée, au plus grand mépris de la biodiversité, de la durabilité, dans des hotels climatisés dont le personnel est payé une misère. (J'ai lu un super article sur Over-blog ce lundi, qui était en Une, mais je ne le retrouve plus. Si ça vous parle ... )

 

http://www.enjeux.org/images/cancun1.jpg

Image empruntée ici.

 

A part ça, je rappelle pour ceux et celles qui ne le savaient pas que le but se se sommet est de préparer un nouveau protocole, qui doit prendre la suite de celui de Kyoto, qui prendra fin en 2012.

 

Si j'ai bien compris les enjeux, les pays "du Sud" et  "de l'Est", à savoir les pays dits "émergents" (voire carrèment émergés, si on parle de la Chine) refusent de se voir imposer des quotas des GES (Gaz à effet de Serre), arguant de la responsabilité historique des "pays développés". Tu m'étonnes ...

 

Les pays responsables s'engagent cependant à aider les pays "en voie de développement" à hauteur de 30 milliards de dollars par an (pour mémoire, combien les mêmes pays ont-ils prété aux banques ?) à s'adapter et à "atténuer" les effets du réchauffement climatique. A terme, ce financement devrait être de 100 milliards. Des aides sont censées êtres créées dans ce seul but. Une des questions qui se posent, c'est : si je rebaptise une aide, j'en fais une aide nouvelle? (Ne rigolez pas, c'est la position française. A peu près. ) Donc, de l'argent, oui, mais donné par qui, à hauteur de combien, prélevé où, et qui va où, sous le contrôle de qui ..? Ben ça, on n'en sait rien.C'est un des "gros dossiers" de Cancùn.

 

Le deuxième gros dossier, c'est la réduction des GES par les pays "industrialisés". D'abord en terme de pourcentage. Seront-ils prêts à un effort supplémentaire pour faire pencher la balance, en sachant que, pour le moment, cela nécessite de mettre la main à la poche , afin de trouver les bonnes technologies, de contraindre des industries dont les lobbys sont puissants ? (Si on avait écouté les "premiers écolos", en 1973, on n'aurait pas aujourd'hui besoin de 100 milliards par an). Bourses au carbone, "bonus" pour les pays qui déforestent peu ou pas ... Beaucoup d'idées, beaucoup d'acteurs, beaucoup de conflits. Bien entendu, cela va plus loin que la protection de l'environnement, il s'agit d'amitiés et d'inimités entre pays, de commerce ...

 

Evidemment, je pense toujours qu'il est nécessaire de réformer le commerce mondial en profondeur, pour que les Paysans du Sud aient de quoi se nourrir eux-mêmes avant de nourrir les boeufs qui nourrissent les gens au Nord, que les agriculteurs du Nord vivent enfin de leur travail et non de subventions, que les consommateurs du Nord réparennet la valeur des choses, que le commerce redevienne plus local et plus raisonné ... ( Non, une paire de chaussures qui vient de l'autre bout du monde et un kilo de légumes au même prix, ça n'est pas normal ! Oui, les produits frais sont plus chers que la M**** en boîte, mais non, le coût généré par une alimentation saine et normale n'est pas exagéré - ce qui n'est pas le cas des loyers ! Oui, on peut vivre bien en mangeant bio tous les jours, en achetant de temps en temps des BD ou des CD ... Oui, on peut mettre cent euros dans un pull et le porter dix ans, et ne pas souffir de ne pas avoir de quoi s'acheter un IPod (qui lui, par contr,e ne durera pas dix ans et ne tient pas très chaud) ll suffit juste de se poser les bonnes questions ! Spéculation, distanciation, capitalisation, consommation ... On nous prendrait pas un peu pour des cons ?)

 

Bref, rien n'est simple, et moi-même, qui ai beaucoup lu pour préparer cette note (hypra-résumée, sinon c'est inpigeable), je n'ai pas d'avis sur certains points. Par exemple, je trouve anormal de fixer des objertifs de réduction des GES draconiens aux pays en voie de développement, mais je ne suis pas pour qu'ils aient le droit de faire n'importe quoi, maintentant qu'on sait les résultats que ça donne ...(Surtout que les gens qui sont aux sommets, c'est pas les mêmes que ceux qui crèvent la dalle. Et que ceux qui crèvent la dalle ne sont souvent pas assez intruits / n'ont pas de temps pour aller voter / ne sont même pas au courant des scrutins. Et que quand ils votent, les dictateurs font ce qu'ils veulent, avec l'appui des pays avec lesquels ils font des affaires juteuses - Voir ce qui se passe (encore) en Côte d'Ivoire ...

 

Pour en revenir sous le Soleil du Mexique, si vous vous sentez d'attaque, je vous conseille cet excellent blog, qui tient compte des avancées au jour le jour, et en langage accessible. C'est un blog, donc je n'ai pas recoupé toutes les infos, mais il me semble fiable. J'ai également lu, entre autres, plusieurs dépèches ici,et cet article-là.

 

Je crois que je devrais faire une lettre au Père Noël moi ... Bon là c'est un peu tard, mais s'il pouvait apporter un accord potable pour le Sommet de Johannesbourg ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Think green !
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 18:20

Ce soir, de 20h30 à 21h30, heure française, ne manquez pas l’opération symbolique planètaire « Earth Hour » ! Objectif: éteindre symboliquement ses lumières pendant une heure. Cette année, de nombreuses collectivités comme la ville de Paris et des grandes entreprises rejoigneront cette opération citoyenne. Evidemment, si vous arrivez à tenir une heure sans électricité, c'est encore mieux ! Pour un dîner aux chandelles, pourquoi pas ... Il suffit de s'organiser un peu !

http://blog.toutallantvert.com/wp-content/uploads/2010/03/earth-hour-2010_2-1.jpg

Image WWF, chipée sur le blog de ToutallantVert.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Think green !
commenter cet article
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 17:16
Merci à Claire, qui a déniché cette vidéo sur Ripe Green Ideas ! (Faisons mûrir les idées vertes)



Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison - dans Think green !
commenter cet article
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 18:42
Oui, je sais, c'était facile et c'est pas bien spirituel, mais il est des sujets sur lequels je suis chatouilleuse. Celui-là en fait partie.

Je croyais vraiment qu'on allait voir la naissance d'un accord (un vrai, un contraignant, pas une bouse pour sauver les apparences.) J'était déjà agacée d'avance, parce qu'il ne serait pas suffisant, qu'il allait encore falloir des années pour avoir un accord potable, et surtout parce que je pensais qu'il ne remettrait rien en cause du système économique m******** dans lequel nous vivons.

Et ben finalement .... C'est encore pire.

Si il n'y avait pas déjà 300 000 réfugiés climatiques dans les pays pauvres, ça m'amuserait, en fait. C'est vrai, c'est comme la moralisation du capitalisme... Il ne s'agit plus de rajouter des règles qui ne font que limiter les dégâts, il faut changer le fond des choses. Au moins, ce désastre va nous le montrer. C'est bien malheureux, ce n'est pas les responsables qui auront à en payer le prix.

D'un autre coté, si les industries (je parle de façon générale) avaient (enfin) été contraites de diviser par deux leurs emissions de CO2, l'empreinte écologique du "citoyen lambda" (ça n'est pas péjoratif, je veux juste désigner celui qui ne se fiche pas de l'environnement, mais qui ne se sent pas non plus particulièrement concerné) aurait été diminuée également. Pas de moitié, mais déjà bien. Et ça aurait déjà bien fait avancer le schmilblick !

Sur le moment, ça m'a tellement agacée que j'avais presque envie d'acheter un énorme 4x4, et de m'en servir pour faire mes 6 kilomètres quotidiens. Ah, tiens, et si j'allais en voiture au Mc D* entre midi et deux, tiens ! Non, évidemment, c'est faux. Mais je les entends d'ici les gens qui vont me dire : "C'est pas à nous de faire les efforts, c'est aux gouvernements ... Regarde ce que ça aurait pu faire un accord à Copenhague, alors que moi dans mon coin ..."

Ben oui.

Sauf que les dirigeants ne sont qu'une grosse bande de lâches (et que, accessoirement, aucun d'entre eux ne risque de vraiment souffrir des efffets du réchauffement, alors que tous ou presque ont peur de perdre leur job), et qu'ils n'ont rien fait.

C'est pour cela que je pense qu'il faut, plus que jamais, ne pas relâcher nos efforts. Parce que si nous ne faisons rien, il est fort possible que cette catastrophe en marche ne finisse par provoquer un véritable bain de sang... (Non, c'est pas gai. C'est vrai.)


"Ne doutez jamais qu'un petit groupe d'individus conscients et engagés puisse changer le monde. C'est même la seule chose qui ne soit jamais produite." Margaret Mead

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison - dans Think green !
commenter cet article