Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 16:33

En ce moment, comme vous le savez, je passe moins de temps devant mon ordi.

 

Ca semble en passe de s'améliorer, grâce à la combinaison osthéo-homéo. Normalement, la semaine pro, je devrais recevoir mon coussin de maternité et d'allaitement ... Je me suis longtemps demandé si c'était vraiment un bon investissement, et j'ai fini par céder à la tentation après avoir demandé à ma super généraliste, qui trouve que c'est plutôt mieux qu'un traversin si on pense allaiter. Surtout qu'il m'aurait fallu acheter un traversin (impossible d'en trouver un de récup dans notre entourage proche), alors  tant qu'à fair, autant acheter ce qu'il faut directement !

 

Bref, je m'égare !

 

Du coup, ça me laisse plus de temps pour la presse écrite. Et franchement, vaudrait mieux pas vu les conneries qu'on y lit (bon, vous me direz, c'est pareil sur le Net, sauf que j'y choisis mes sources, alors que question presse écrite, je lis ce qui me tombe sous la main. )

 

La semaine dernière, après avoir manqué de m'étouffer de colère devant les propos d'un cerain Todd Akin, je suis tombée sur plusieurs articles dithyrambiques concernant la grève du sexe des femmes au Togo. Oui, oui, vous avez bien lu.

 

Alors évidemment, que les femmes prennent en main leur destin et décident de se mêler de politique, surtout dans des pays ou la démocratie ne va pas tout à fait de soi (oj le bel euphémisme) , ça ne peut pas être une mauvaise chose ! Et qu'elles le fassent de manière pacifique, c'est admirable.

 

Mais une grève du sexe, sans rire ? Vous imaginez ce que ça sous-entend ?

Mesdames, que pour obliger nos chéris à nous obéir, nous pouvons les priver de câlins.

 

Donc, en vrac , ça sous-entend :

 

- que nous, nous ne sommes pas privées ... C'est bien connu, les femmes n'aiment pas faire l'amour !

- que les hommes, en revanche, peuvent être facilement influencés pas ce biais. C'est bien connu, les hommes ne pensent qu'à ça !

 

Pis encore, cela sous-entend que les femmes n'ont que ce moyen de pression. C'est vrai, ce n'est pas comme si, dans des pays comme le Togo, c'était principalement elles qui géraient toutes les contraintes domestiques, la maisonnées, les enfants ( non, je ne parlerai pas de leur non-accès à la contraception ...)

 

Les femmes togolaises pourraient très bien décider de cesser de s'occuper de tout ça pour aller faire des sit-in, ou des réunions politiques, ce qu'elles ont déjà fait (je précise car je ne suis pas une pro de la situation politique au Togo, et que j'ai vérifié que c'était possible, car il ne s'agit pas de suggérer qu'elles aillent se faire bastonner ou tuer ! Ce qui est apapremment le cas si elles vont manifester :-/  ) . Mais ce n'est pas ce qu'elles font... On peut se demander pourquoi. J'ai dans l'idée qu'elles ne trouvent pas ça très convenable, quand même. Et que l'obligation de s'occuper de toutes ces tâches ne vient pas de leur mari, mais de la société entière, voire de la façon dont elles ont (ou n'ont pas, tristement...) été éduquées.

 

Elles pourraient encore faire entendre leur voix en débattant au sein de leurs familles, de leurs amis, refuser de parler, faire la grève du sourire, porter des couvre-chef verts, que sais-je ?!

 

En revanche, en privant leurs maris de sexe, elles refusent de "se soumettre à leur devoir conjugal". Comme si le fait d'épouser une femme donnait à quiconque le droit de se servir de son corps pour en tirer du plaisir quand elle n'est pas d'accord !!! Comme si faire l'amour, c'était une récompense pour l'homme qui s'est bien conduit...

 

Comme si, finalement, on pouvait toujours trouver des solutions en cas de grève de son épouse, et que finalement, la seule chose pour laquelle elle soit irremplaçable, c'est le sexe... Je trouve ça révoltant.

 

Bien sûr, ça ne veut pas dire que je ne les soutienne pas. Ni que je les soutienne d'ailleurs, car je suis trop inculte à propos de ce qui se passe dans leur pays. Mais je trouve que cette méthode, aussi ancienne en encensée soit-elle, ne fait pas honneur aux femmes. Et aux hommes non plus !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Les choses qui fâchent
commenter cet article
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 13:05

Je babillais gaiment avec l'amour de ma vie, ce samedi, dans un tabac-presse quelconque, quand mon oeil fut attiré par une chose étrange : un Kinder Suprise qui me parut bien plus rose que dans mon souvenir. Comme tout les oeufs présents dans le bac étaient identiques, j'en déduisis que j'avais la berlue - ou que le packaging avait changé. Et je n'en parlai plus.

 

Las, trois fois hélas, ma visite bi-hebdomadaire à la grande surface la plus proche eu tôt fait de faire voler en éclats mon dernier espoir... Je m'aperçus que le pire était arrivé, que plus jamais le monde ne serait comme avant ...

 

 

http://www.kidoys.com/uploads/Product/38/big_img1.jpg

 

 

Oui, Mesdames et Messieurs, ils ont osé. Les Kinder Surprise se déclinet désormais en Kinder Surprise bleu et Kinder Surprise rose... Bon, tout n'est pas perdu, il reste encore un espoir, la disparition du Kinder Surprise "original" n'a pas l'air d'être programmée.

 

J'avoue ne pas avoir pensé à vérifier si la mention "spécial garçon" ou "spécial fille" est présente sur les boîtes. Je trouve d'aileurs amusant de penser qu'elle n'y est peut-être pas, et que si c'est bien le cas, c'est Kinder qui pourrait m'accuser de faire dans le cliché, alors qu'ils ont juste fait des boîtes bleues et roses pour changer un peu de look. Sauf que je suis sûre que les jouets dans les Kinder rose sont plutôt de petites poupées (cf la photo) et les jouets dans les Kinder bleus des petites voitures... Ceci dit, on pourrait m'objecter que je peux ausi offrir une boite de Kinder Surprise bleu à une petite fille, même en sachant qu'il y a des petites voitures dedans (parce que les petites voitures, c'est cool !)

 

A la réflexion, je comprends qu'il n'est pas vraiment besoin d'être sexiste pour avoir pondu cette idée : j'ai eu un long débat à ce propos avec une amie à moi, plutôt "égalitariste" ( je crois qu'elle ne se dirait pas féministe. Le sujet a déjà été abordé , chez ma bouseuse préférée. Je croyais avoir fait un post, mais on dirait que non... Je me note ça dans un coin ! ) .

 

En résumé, celle-ci se proposait de faire un déguisement pour le troisième anniversaire d'une petite fille (si ma mémoire est bonne), et me demandait de l'aider à choisir entre fée et princesse. Evidemment, j'ai répondu cosmonaute ou pompier ... Et j'ai taquiné mon amie sur le fait que si un jour nous étions parents d'une petite fille, je voulais qu'elle me promette de ne jamais offrir ce genre de trucs. Ce à quoi elle m'a répondu que c'était ridicule, que les garçons et les filles étaient différentes, et que nier ça, ça n'aidait personne. Et qu'elle préférait offrir un cadeau qui plaise à sa récipiendaire.

 

Sauf que ...

 

A trois ans, qui peut dire que cette petite fille s'identifie plus à une princesse qu'à un astronaute ? Dans la société dans laquelle nous vivons, il y a quand même de fortes chances pour que cela soit le cas : elle a sûrement été bercée par des comtes où la Princesse attend dans un château que le Prince vienne la délivrer, on lui a probablement déjà rabaché que les filles ne font pas ceci ou cela, qu'elles doivent être jolies et bien habillées... Consciemment ou inconsciemment, il y a des chances que ses parents l'aient élevé "comme une fille", par exemple en tolérant moins ses pleurs (c'est bien connu, les filles sont des pleureuses capricieuses, les garçons ont du caractère), en la "couvant" plus ...

 

Je ne peux pas m'empècher de penser à une de mes amies, enceinte, qui m'a dit qu'elle attendait une petite fille, tout en continuant à lui donner un petit surnom "neutre". Et quand j'ai souligné cette manie rigolote, elle m'a réponu (tu me corrigeras si je me trompe, toi qui te reconnais) qu'elle préférait songer à ce bébé en tant qu'enfant à naître plutôt qu'en tant que fille ou garçon. Que ça, ça viendrait plus tard, quand l'enfant grandirait...

 

Pour en revenir à la petite fille dont c'était l'anniversaire, je crois sincèrement qu'il n'y a rien de choquant à lui offrir une poupée si elle le demande. Ceci dit, elle en aura déjà plein sûrement, alors s'affranchir de ses souhaits de temps en temps pour lui ouvrir l'esprit sur autre chose, moi, ça me semble essentiel... Et  si elle ne le demande rien, pourquoi déjà l'enfermer dans un moule ?

 

Et pourquoi, alors que les Kinder Surprise ont rendus heureux des centaines de gosses, entre autres parce qu'ils étaient mixtes (que celui ou celle qui n'a jamais échangé son jouet me lance le premier oeuf) , pourquoi les changer pour les rendre plus "différenciés", alors que, plus que jamais auparavant (même si ça n'est pas suffisant), les lois, le progrès, les comportements et les expériences montrent que les femmes et les hommes sont certes différents, mais égaux ?

 

Vive le Kinder Surprise Liiiiiiiibre !!! :D

 

 

* C'est d'ailleurs un propos que je ties assez souvent à propos de religion : personnellement, le port de signes religieux ostentatoires ne me gène pas, y compris à l'école. Je trovue qu'un lieu laïc se doit d'être ouvert à toutes les religions. Sinon, si on essaie de camoufler els religions, on crée un espace qui semble athée... Ce qui d'abord, n'est pas le cas. ensuite, l'athéisme est unep prise de position, contrairement à l'agnosticisme...  Et ensuite, on ne m'enlèvera pas de la tête qu'un gosse qui a pu fréquenter très tôt une petite fille qui porte une croix de David et un petit gaçon qui porte la main de Fatma aura plus de difficulté à devenir anti-musulman ou antisémite, parce que son histoire lui montrera que les religions ne sont qu'une composante (plus ou moins importante) dans la vie de chacun. Et qu'elles ne sont pas mauvaises en elles-mêmes (enfin, ce dernier point n'est que mon avis, je sais que beaucoup d'athées ne le partagent pas)

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Les choses qui fâchent
commenter cet article
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 00:01

Oui, je suis décousue.

 

Ou plutôt,non. Je parle d'autre chose à à peine H+7h (vive les notes programmées), je pense à autre chose, je ne suis pas restée bloquée pour la semaine dans le chagrin et la honte. Presque presque, je pourrais dire : j'ai été chez la sage-femme faire un check-up et j'assume... Le vagin, c'est pas malsain ... (Mon Dieu, vais-je oser poster ça quand je le relirai demain ?)

 

Bon, je vais quand même faire une autre note, là c'est trop le bordel !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Les choses qui fâchent
commenter cet article
18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 00:20

Bon, reprenons.

 

(Attention compte rendu de ma visite, intilme et assez détaillé. Si vous ne voulez pas savoir, vous n'êtes pas obligé(e)s de lire !)

 

Tout d'abord, elle m'a posé cent mille questions que, de mémoire, aucun gynéco ne m'avait posées, et pourtant pas indiscrètes (antécédents familieux, mais détaillés, opérations, allergies, statut de fumeuse ou pas...) Elle a fait l'historique de toute ma contraception, m'a demandé si j'étais satisfaite de celle que j'utilise, m'a demandé si j'avais pris ma décision pour après l'implant et si j'avais besoin d'une ordonnance pour la pilule.

 

Elle m'a pas demandé si j'avais un régime alimentaire particulier, mais je la pardonne (et j'ai rien dit parce que pour le moment ça sert à rien.)

 

On a abordé le pourquoi du comment, elle m'a demandé à combien de temps remontaient mes derniers examens, a grimacé, m'a expliqué pourquoi il allait falloir en refaire. J'ai rechigné, alors elle a ré-expliqué longuement, avec plein de gestes et une vraie volonté de bien faire et de pas me braquer, à quoi ça servait et pourquoi c'était important. Elle m'a demandé si j'avais été vaccinée contre le(s) papillomavirus, si j'avais déjà eu des ennuis avec eux et comme la réponse était oui, elle a dit un truc comme "Bon, je crois qu'il faudrait quand même faire un frottis (Moue compatissante)... Je sais que c'est désagréable, mais le faudra le faire un jour ... En plus, sans ça, elle sert à rien cette consultation (j'étais pas tout à fait de cet avis, moi, ça m'avait déjà aidée de savoir que ce cabinet était dans l'état d'esprit de ce que je cherchais). Je l'ai sentie génée à cette idée. Ca m'a paru presque incongru qu'elle se fasse tant de souci pour 17 euros, quand on sait que la plupart des gynécos prennent presque le double, et certains médecins 20€ juste pour une ordonnance. Et comme je savais qu'il allait falloir que j'y passe (le cancer du col de l'utérus ça se guérit bien, mais faut s'y prendre tôt ... C'est trop con comme façon de mourrir quand même), j'ai acquiescé. Elle m'a promis de faire doucement, et qu'on arrèterai, avec ou sans "résultat", si je voulais.

 

Un court résumé :

 

Le négatif :

 

J'ai été déçue, table et positions sont comme chez le gynéco, et le matos (le même là aussi) n'est pas prévu pour les nullipares et / ou les très jeunes filles : / . La prochaine fois, je me mets en jupe et je demande à la prise de RV s'ils ont le bon matos. J'm'en tape, ils ont qu'à le commander, ça se périme pas !

 

Le ou la première qui me dit que ça fait pas mal, je lui met ma main sur le nez. Même si je sais que ça ferait moins mal si j'étais moins crispée,et que, donc, j'en veux pas à Marie.

 

J'aime toujours pas l'idée de cet examen, je le trouve dégradant. Oui, je sais, c'est dur de faire autrement, c'est utile, tout ça tout ça. N'empèche que je pense qu'on impose plus volontiers ce genre de traitements aux femmes, un vieux reste de domination masculine de la médecine. Rien à voir avec une question d'anatomie ... Ou plutôt si. Comme s'il fallait maltraiter et soumettre cet endroit étrange où s'accomplit un des plus incroyables miracles qui soient, le domtper. Un jour, avec les progrès de la médecine, on fera sans, j'en suis sûre !

 

Le positif :

 

Elle m'a examinée en deux fois, j'avais donc remis le bas quand elle a examiné le haut, ça a l'air con mais j'ai apprécié de ne pas rester dévétue plus qu'il ne le faut,

 

Elle a tenu parole, stoppant tout quand je l'ai demandé, s'excusant par avance quand elle savait que ça allait être désagréable, et même m'expliquant pourquoi ça fait malheureusment toujours un peu mal,

 

Elle m'a très bien expliqué le processus AVANT de faire quoi que ce soit, et a attendu mon feu vert pour faire quoi que ce soit,

 

Je suis liiiiibre pour trois ans, du moins de ce coté là. Pour le reste des examens "de routine", je me pose encore des questions quant à leur utilité et leur fréquence. Comme je suis maniaque et que j'aime les rythmes réguliers, je vote pour un RV tous les 18 mois, avec frottis une fois sur deux. On verra bien ce que ça donne.

 

Bilan :

 

Ca a été moins pire que je ne l'appréhendais, moins bien que j'aurais voulu (je ne voulais pas faire d'examen... Je suis partagée entre la déception de pas avoir réussi à dire non, et le soulagement de voir que j'ai été "raisonnable", que j'ai tenu le coup lors des exams, que j'ai même pas eu vraiment mal et éclaté en sanglots, comme ça m'est déjà arrivé.)

 

Je suis contente d'avoir trouvé le bon endroit, moins contente de savoir que la prochaine fois, j'aurai affaire à une autre personne.

 

J'ai appris en discutant avec Marie que le gynéco qui m'enlèvera mon implant est un ami du cabinet, qu'ils travaillent beaucoup ensemble et qu'il n'a pas de problème avec le fait qu'une patiente ne fasse pas son suivi chez lui si tout va bien. Ca ça me rassure.

 

J'ai aussi appris que j'aurais, en cas de grossesse, un jour, deux sages-femmes, et j'aime pas cette idée.

 

Au passage, Marie, qui a fait son stage de SF au Canada, et moi qui en rêve, on a abordé les maisons de naissance... Rhhaaaa quel pays rétrograde !

 

Bref, je suis parée pour 18 mois sauf si gros pépin, parce que le retrait de l'implant, ça me fait pas peur. Et là, hors de question de refaire un examen !

 

Mais toujours partagée entre la fierté d'avoir tenu le coup et la honte de me laisser traiter comme ça. (Et le partager, encore plus. Mais faut que ça sorte, ou je vais finir par ruminer une semaine entière, je vais avoir le moral en berne et ça ternira encore mon souvenir (et ma libido), alors que bon, c'était supportable. Soignons le mal par le mal ...) Ce qui est étrange car on y passe toutes! Je devrais peut-être me mentaliser en visualisant des nanas que j'aime et que j'admire, et qui y sont soumises comme moi ... Bizarre, je n'ai aucun souci à les imaginer, et elles me sembleraient pas humiliées pour autant ... Alors que quand c'est moi, c'est une autre paire de manches. )

 

Je me doute que je penserai toujours que cet examen est barbare, invasif et avilissant. Allez, écrivons le une bonne fois, je trouve ça humiliant, mortifiant, violent, blessant, choquant, outrageant ...Et même si je me sens apte à le supporter physiquement, je n'arrive pas à accepter que je laisse faire un truc pareil. Que je ME le laisse faire, et que je ne fais rien pour éviter ça à mes consoeurs, aussi petite que puisse être mon action ... Parfois, je me demande si mon quatrième prénom, c'est pas Cassandre !

 

J'aimerais tant me dire c'est l'état actuel des savoirs qui fait qu'on n'a pas vraiment le choix, et que nous sommes si nobles, nous qui acceptons de souffrir ainsi parce que nous savons que notre vie et notre santé sont précieuses ...

 

C'est pas simple !

 

 

 

(PS : je me doute que ces deux notes vont susciter beaucoup de commentaires, mais je n'aurai un accès à internet que très ponctuel jusqu'à lundi soir tard. Donc si je ne réponds pas, ne vous affolez pas, je vais bien. Je suis même contente d'avoir réussi à vous dire tout ça, je crois que j'ai fait un pas de géante ... Ca me fait penser à une de mes citations préférées : « Je répéterai le mot nègre, nègre, nègre jusqu’à ce que ce mot soit totalement vidé de son sens, et que plus jamais aucun enfant noir ne pleure en l'entendant dans la cour de l'école » disait Guy Bedos - reprenant Lenny Bruce)

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Les choses qui fâchent
commenter cet article
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 20:53

Ni même en phase de pré-conception.

 

De pré-pré conception à la limite. A savoir qu'on aborde le sujet parfois sans avoir de crises d'urticaire, qu'on s'est mis d'accord sur le nombre (il s'agit évidemment du'un nombre "à priori", car on se doute que tout peut changer suivant ce qui se passe avec le premier ) et les prénoms (ça c'est parce qu'on a chacun eu un coup de foudre pour un prénom, mais c'était il y a déjà très longtremps, donc ça ne signifie rien de rien). Et qu'évidemment, je lis beaucoup sur le sujet.

 

(Attention post à polémiques et à détails techniques, plus compte rendu de ma visite. Si vous ne voulez pas savoir, vous n'êtes pas obligé(e)s de lire !)

 

Ca peut paraître bizarre, d'autant qu'on a moins d'interlocuteurs avant la grossesse pour poser toutes les questions, mais je veux savoir ce qui m'attend, et ce qui nous attend, avant. Je ne veux pas entrer trop dans les détails, mais le coup de la première écho qu'on imagine comme dans les films et où on se retrouve à poil (en entier ou à moitié) devant son chéri hyper gêné (et qu'on avait pas prévenu vu qu'on savait rien), ça m'arrivera pas.

 

De même, je suis déjà à peu près au courant des examens pratiqués couramment pendant la grossesse, et j'ai déjà réfléchi à ce que je pense accepter ou pas. Je pense que j'en informerai le père de l'enfant (parce que c'est à ce titre qu'il doit être informé, à mon avis. Je pense que tout lui imposer n'est pas très juste et très inclusif, mais que ce que je fais de mon corps ne le regarde pas. Du coup, quand il s'agit de la santé de notre bébé, je pense qu'il est normal de l'informer, d'expliquer le pourquoi de mes décisions. Et si ça coince vraiment, de débattre, voier d'amender.

 

On est déjà d'accord sur le principe de faire un projet de naissance, je cherche juste ce que moi j'ai envie d'y mettre, à rapprocher ensuite de ce que voudra y mettre le second principal interressé. D'autant que j'ai accepté de ne pas nous orienter vers un AAD par respect pour ses craintes (il faut reconnaître qu'elles ne sont pas abherrantes).

 

En revanche, comme je l'ai déjà dit ici et comme répété, re-répété et re-re-répété chez Dix Lunes, une sage femme peut s'occuper de votre suivi gynéco "classique", sous réserve que tout aille bien. En cas de problème, elle est tenue de vous aiguiller vers un gynécologue.

 

C'est pour ça que j'ai franchi la porte du cabinet de SF (désolée pour cette abréviation mais sinon je n'en finirai pas de taper) cet après-midi.

 

Je me suis sentie plutôt à l'aise en entrant, peut-être grâce à tous les prospectus sur les couches lavables et bio, l'allaitement, le portage, des espaces de paroles libres, anonymes ou pas, gratuits ... J'ai pensé avoir frappé à la bonne porte.

 

J'ai un peu déchanté quand je me suis aperçue que j'avais affaire à une remplaçante. Géniale, très compétente je pense, très sympa... Mais qui n'exerce QUE comme remplaçante (j'avais pensé qu'elle était peut-être d'un cabinet voisin, et qu'elle remplaçait celle qui la remplaçait, etc). Donc, aucune chance de la revoir , ou presque. Quand je pense que j'avais "briefé" la nana qui a pris le RV en lui disant que je voulais entamer un suivi et que j'avais dit que ça urgeait pas, ça me fait râler. D'autant que la personne que j'ai eu au téléphone m'avait d'abord accueilli avec un (gentil) "écoutez, on fonctionne pas trop comme ça, sinon on n'aurait plus le temps de faire de l'obstétrique ..." Après que je lui ai expliqué que je ne cherchais pas à lui faire perdre son temps, mais que j'avais besoin de trouver une solution autre qu'un gynéco, elle m'avait trouvé un RV. Du coup, ça me semble encore plus évident que je cherchais à n'avoir qu'une seule interlocutrice.

 

Au passage, on a reparlé de ça avec la SF, qu'on appellera Marie. Elle m'a confirmé qu'aucune SF en Auvergne n'a accès à un plateau technique, et que donc, si un jour on se décide, je ferai tout mon suivi avec une SF qui ne pourra pas être là le jour J, et qui me découvrira moi, mes antécédents, mon dossier, lors de la consult' du 8e mois - c'est la procédure habituelle de demander à une femme qui a fait son suivi hors de la clinique de faire la ou les deux dernières consult' avec une des SF "dans la place". SF qui ne sera pas forcément dispo le jour J.

 

Ce qui fait déjà deux, voire trois personnes, qui non seulement vont intervenir dans la grossesse, à qui il faudra expliquer des choses, et qui ne seront pas toutes du même avis et que nous, et entre elles, et qui vont devoir à un moment ou à un autre pratiquer un examen. Avec la probabilité que l'accouchement dure sufisamment longtemps pour nécessiter un changement de SF et ou de médecin, on grimpe à 5 ou 6 !

 

Ce qui m'inspire deux choses :

 

- Merci Floh de m'avoir incitée à essayer de calmer mes angoisses, parce que ça va être joyeux,

 

- Et le concept d'intimité, ça parle à quelqu'un ? Qu'il faille relever gynéco et / ou sage femme au bout de quelques heures, je le comprends, évidemment, il en va de leur santé (les journées qui n'en finissent pas, demandez à vos copains / copines qui bossent en hosto) et de celles des personnes sur qui elles veillent. Que la date et l'heure d'un accouchement ne puissent être prévus, ça semble évident. Mais quand même, six médecins qui vont examiner l'intimité d'une patiente en neuf mois ... Ca vous paraît pas un peu beaucoup ?

 

Aucun moyen de l'éviter, même en faisant faire son suivi à l'hôpital (1), sachant  que la personne qui vous a suivie ne sera peut-être pas là le jour J (+1=2) qu'il faudra probablement changer de soignant en cours de route (+2=4) , et avoir un gynéco en parallèle (+1=5) pour avant et après.

 

La suite demain !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Les choses qui fâchent
commenter cet article
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 22:42

Ce week-end a été trop court pour tout ce que nous avions à faire, donc pas mal dense. Ce qui explique mon retard dans mes posts ! (Que je vais donc antidater sans remords)

 

J'aimerais vous en dire plus sur la début de la tentative de guérir mes phobies, mais pour le moment, c'est un peu tôt. J'ai décidé de voir le psy conseillé par SuperDoc, bien en amont du rendez-vous de retrait de mon implant qui sera bientôt "périmé", et de compléter en trouvant une personne en qui j'aurai confiance pour faire mon suivi gynéco.

 

Je pense que je la trouverai plus facilement chez les sages-femmes. (Voir plus bas. Mais je prends le relais de Dix Lunes que je lis presque quotidiennement et qui martèle l'info sans relâche : Oui, une sage-femme peut assurer le suivi médical d'une femme avant, pendant, après grossesse,et même le suivi et la prévention pour une femme qui ne souhaiterait pas de grossesse. )

 

Je pensais que serai à priori "obligée" de passer par la case "médecin gynécologue" pour le retrait de mon implant. Mais je viens de découvrir en faisant des recherches pour vous que les sages-femmes sont habilitées à poser et enlever les implants ... Du coup, je me pose des questions.

 

A brûle-pourpoint, j'aurais envie de conserver le rendez-vous chez le gynéco initialement prévu, juste pour le retrait de l'implant, éventuellement répondre à ses questions, et c'est tout. Ce qui me permettrait de voir s'il est réceptif à mes demandes et cap' de travailler en vraie équipe avec une sage-femme. En cas de pathologie, comme ça, je saurais que je peux lui faire confiance. Et comme c'est un gynéco qui exerce en clinique, si un jour on décide d'avoir un bébé, j'aurai déjà un contact sur place ;D (je suspecte SuperDoc de l'avoir choisi exprès !) 

 

J'envisage très fortement de lui écrire une lettre pour lui expliquer un peu la situation (je pensais que ma doc m'avait préparé ça, mais impossible de mettre la main dessus ... To do : chercher !). Un truc assez diplomate (j'espère) que je terminerais par quelque chose du genre :

 

"Je souhaite fermement que mon suivi médical et les examens qui s'y rapportent soient assuré, hors situation pathologique (conformément à la loi XXXX), par une sage femme. Si cette requête vous semble hors de propos, merci de m'en informer sans jugement. Dans ce cas, il me semble que nous ne pourrions malheureusement pas continuer plus avant. En revanche, si vous avez l'habitude de faire équipe avec une sage-femme, il me paraît tout à fait possible que vous m'orientiez vers elle (...)"

 

La formulation n'est pas encore définitive, et le texte sera très probablement trop personnel pour que je ne puisse vous en livrer plus d'extraits. Mais j'ai choisi de vous donner un aperçu de mon parcours car la possibilité de faire faire son suivi par une sage-femme existe (tous les renseignements sont ), et qu'elle est à mon sens trop méconnue.

 

On verra bien comment ça progresse... Pour moi et pour elles (et eux, n'oublions pas les maïeuticiens !), parce qu'en ce moment, dans ce domaine, il se passe un max de choses au niveau législatif ... Le résumé ici.

 

http://mag.materneo.com/wp-content/uploads/carte-petition-sage-femme-quebec.jpg

Image chipée

 

*Petit apparté pour toutes celles qui ignorent la bonne nouvelle, l'implant, c'est ça. Et si ça se passe bien pour vous - il faut reconnaître que chez un certain nombre de femmes, ça peut provoquer des effets secondaires pénibles-, c'est troi sans sans risque d'oubli, renouvellement d'ordonnance...Soit 99.5% d'efficacité !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Les choses qui fâchent
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 12:19

Me (re-) voilà donc au cabinet médical, me demandant si j'ai bien fait de venir, mais il est trop tard. Dans la salle d'attente, je me détends un peu, car j'ai eu une looongue journée.

 

A l'heure précise, je vois arriver dans la salle une petite nénette (ultra bien faite :P) souriante, soignée, avenante, à la voix grave. Un point pour le Docteur D.

 

Elle me demande ce qui m'amène, alors je lui refais l'historique. Elle me demande de détailler certains points, revient sur les médecins que j'ai déjà consultés, comment je les ai trouvés et pourquoi, les interventions et examens qui m'ont été faits, digresse sur ma vie sexuelle - dont bien entendu vous ne saurez rien. Namého ! :D

 

Je me suis longuement demandé si j'allais partager cette histoire avec vous,et j'ai décidé de le faire car je sais que je ne suis pas la seule phobique, d'une part. D'autre part, je sais que 90% de mes amies ont du subir des pratiques archaiques, invasives et parfois douloureuses, alors qu'elles ne sont aucunement justifiées. (c'est pas moi qui le dis, c'est l'OMS. De façon générale, à chaque fois que je vous parlerai d'accouchement ou de suivi de grossesse, je citerai mes sources, et si je me permets de camper sur mes positions, c'est pace que mes infos ne viennent pas de Vive-la-nature-et-les-lapins-qui-gambadent.com, ou de les-graines-C-la-vie.biz , mais d'organismes sérieux et impartiaux. Et si vous trouvez que l'OMS n'est pas un organisme sérieux et impartial, je veux bien savoir où vous iriez chercher les infos :D ).

Même si ma phobie est une vraie galère à vivre, elle me permet d'être plus circonspecte, et au final à mon avis plus objective, sur tout ce qui touche à la sphère gynéco. Et j'espère bien que ça servira à celles, qui, comme moi, n'ont pas besoin , ni envie, qu'on les examine sous toutes les coutures pour être rassurées. Quant aux autres, qu'elles se rassurent, je ne crois pas arriver à moi toute seule à faire changer les mentalités de tous les médecins de France et de Navarre. Ceci dit, s'ils pouvaient ne serait-ce que prendre l'habitude de demander les choses, au lieu de partir du principe qu'on est forcément d'accord avec le sacro-saint schéma qu'ils ont en tête ...

 

Bref, on vire, on tourne, on avance, et quand elle a bien compris le truc, elle me demande ce que j'attends EXACTEMENT, là, de suite. Je lui dis que je cherche un gynéco ou une sage-femme pour mon suivi, car je vais bientôt devoir enlever mon implant (un petit rappel pour celles qui ne suivent pas tout, une sage-femme peut tout à fait faire votre suivi gynéco, pas besoin d'être enceinte ou de le souhaiter. Donc, non, je ne suis toujours pas enceinte, et c'est voulu, merci ! ), et l'adresse d'un professionnel de santé apte à m'aider à alléger mes phobies.

 

Elle me dit qu'elle a deux noms en tête. D'abord une gynéco (elle pense que unE gynéco me conviendra mieux, moi je suis neutre, mais comme elle a vraiment l'air de penser que c'est quelqu'un de bien, je la suis) rencontrée à une formation pour généralistes, qui a outré la moitié de la salle en expliquant que le TV n'était pas systématiquement utile pour prescrire la pilule à de très jeunes filles. Rien que pour ça , je l'aime déjà. En plus, elle exerce à la clinique à coté de chez nous, qui me paraît sans conteste le meilleur choix pour un accouchement futur (plus près, plus petit, super réputation, et on m'a dit à peu près 20 fois (entre autres ma kiné) que le personnel des hôpitaux est beaucoup plus varié, débordé, "tourne" plus, et qu'on a de la chance su on est pas examiné par tout un tas de gens différents. Rien que ça, pour moi, c'est un argument. A voir avec mon chéri, mais la proximité de la clinique et mon souhait devraient sans souci le convancre, si ce n'set pas déjà le cas). Alros, meme si c'est pas encore prévu, je veux bien commencer ma "rééducation" avec ce médecin, ça m'évitera de tout refaire quand on aura décidé d'avoir un enfant. Petit bémol, l'attente (4-5 mois), mais je ne suis pas pressée, ça me permettra de commencer la "désensibilisation" en parallèle. Je dis que je suis partante. Le docteur D. me propose alors de prendre rendez-vous à la clinique, puis de passer la voir une ou deux semaines avant ce fameux RV, pour voir si ça va mieux, et me faire une lettre d'accompagnement pour que sa consoeur comprenne bien dans quel état d'esprit je me trouve. Ca, ça me plaît.

 

Deuxième nom, un psychiatre. Elle m'explique que c'est remboursé, me demande de bien vouloir essayer d'y aller au moins deux fois pour décider s'il me convient ou pas, et me rassure. Si ça ne va pas, on en trouvera un autre. Elle me demande de la tenir au courant. Là aussi, j'apprécie. En plus, elle est marrante ! Et elle rit volontier à mon humour, qui cache (mal) mon mal à l'aise.

 

Avant de partir, elle me demande s'il y a autre chose. Rien ne me vient.

 

"Au fait, vous êtes à jour de vos vaccins ?"

"Euuuuuuuuuuuuh ...."

" Vous avez été vaccinnée depuis 2-3 ans ? "

" Non, je ne crois pas."

" Ah mince, alors vous ne devez pas être à jour. Normalement, on a un rappel du DT Polio vers 16-18 ans, et un dix ans après, donc si vosu avez rien eu depuis 2-3 ans..."

" Flûte, je vérifierai, mais à mon avis, c'est fichu".

" Bon, je vous fais la prescription pour la prochaine fois, si vous ne trouvez aucune trace de rien, vous passerez à la pharmacie , et je vous le fais. Vous n'êtes pas anti vaccin, au fait ?"

 

Là, je marque un arrêt.

 

"Euh, non, pas vraiment. Je ne suis pas pour tous les vaccins pour tout le monde tout le temps, mais celui-là, sur moi, pas de problème. (Un blanc) Mais c'est la première fois qu'on me demande, j'apprécie !"

 

" Attendez, soyons honnètes, si vous m'aviez dit que vous étiez anti-vaccin, j'aurais essayé de vous convaincre, je vous aurais expliqué pourquoi d'après moi, c'est quand même bien de le faire !" (Elle sourit toujours - Je remarque presque instinctivement qu'elle n'a pas dit "je vous aurais dit pourquoi IL FAUT, pourquoi VOUS AVEZ TORT ", mais "d'après moi, essayé de vous convaincre")

 

" Oui, je m'en doute, mais vous ne me donnez pas l'impression de juger, je trouve ça bien ! D'habitude, déjà quand je dis que je suis quasiment végétarienne, on me regarde déjà de travers, alors anti-vaccin j'imagine à peine ! "

 

" Ah, tiens, je vais le marquer dans le dossier, ça peut servir*. Ceci dit, en ce qui me concerne, ça m'est égal !"

 

" Parfait, je savais qu'on finirait par en parler, et je ne serais pas à l'aise avec un médecin qui désapprouve".

 

" (Sourire) On se revoit bientôt, alors ?"

 

...

 

Je crois que je vais changer de médecin traitant, moi...

 

 

http://www.gespro-com.fr/groupe-medecin.jpg

 

---------------------------------------------------

 

(* J'avoue que comme je donne souvent mon sang, en plus, je suis parfois anémiée. A mon avis, la vérification d'anémie devrait être faite en présence de symptômes identiques chez les VG et non-VG, : certains VG, surveillant bien leurs apports en fer, ont moins de chances d'être anémiés que certains non-VG, et parfois, c'est l'inverse. Mais ça me paraît pas abherrent qu'elle le note, car elle ne sait pas -encore- si je suis de près mes apports en fer ou pas)

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Les choses qui fâchent
commenter cet article
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 13:01

Et je suis bonne pour le service. Il se trouve que cette semaine, j'avais planifié pas mal de choses, en l'abscence de mon chéri, dont deux visites chez le médecin (deux différents) pour faire un "ketchup" :P

Et comme j'ai eu pas mal de boulots à finir, des réunions et une formation qui se sont calées au dernier moment ...

 

Au passage, une petite info. Je pensais qu'il n'était pas nécessaire de passer par le (ou la) généraliste pour pouvoir être bien remboursé(e) chez le (ou la) dermatologue. Et bien c'est raté ! Je n'ai pas pensé à demander à ma généraliste, et je serais remboursée 7 à 8 euros de moins. Alors qu'il s'agit d'un check-up régulier et recommandé quand on a comme moi la peau hyper claire et constellée de grains de beauté. Bref, je trouve ça idiot, mais passons.

 

Au passage aussi, je voulais vous raconter autre chose.

 

La semaine dernière, j'ai eu besoin d'aller voir un généraliste, un peu urgemment, et mon médecin traitant ne travaille pas le mercredi. Comme je ne pouvais vraiment pas attendre (rien de grave, mais c'était ennuyeux, et je ne pouvais pas aller bosser comme ça), j'appelle le premier dont le numéro me tombe sous la main.

 

Me voilà au cabinet médical. Le médecin m'appelle, me fait entrer. Au passage, il comprend pourquoi mon nom lui parlait, et je comprends pourquoi son visage m'est familier. Je savais bien que le maire de notre village (qui nous a marié il y a neuf mois .. Déjà !!!! ) était médecin !

 

Il me demande  mon passé médical. Je lui raconte en express que j'ai eu des infections urinaires à répétition pendant presque quinze ans, il note. Il me demande mes symptômes, et comme je lui fais part de mes nausées, il me demande si je ne suis pas enceinte. Je lui explique que non, que d'ailleurs j'ai mes dernières analyses, et s'il veut bien me les décrypter, ça m'arrange, car je n'ai pas envie de rappeler l'homéopathe qui me les avait prescrites. Il me demande pourquoi. Ah mince. Je lui explique en gros que j'ai des phobies affreuses pour lesquelles j'aurais souhaité qu'alle m'oriente vers le (ou la) professionel(le) de santé copmétent(e); et qu'elle m'a à peu de choses près envoyée paître.

 

Il écoute sagement, me demande si je sais à peu près à quel genre de professionnel de la santé je pense. Je dis que non (mais que si c'était remboursé, ça serait quand même vachement vachement mieux). Après réflexion, il me propose de revenir voir sa collègue, parce que comme c'est une nana (jeune, et maman de sucroît), elle sera mieux à même de m'aider.

 

Rendez-vous fût donc pris. J'ai failli annuler plusieurs fois, mais finalement, j'ai été débordée de boulot, et je n'ai pas pu. Finalement, ce n'est pas plus mal.

 

A suivre demain !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Les choses qui fâchent
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 20:04

 

 

Est ce que ça va être gai ? J'en doute !

Est ce que je pense que c'est indispensable ? OUI.

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Les choses qui fâchent
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 09:51

La semaine dernière, l'Homme chocolat et moi avons rejoint des amis pour manger une pizza. Je connais bien Le Barbu et Miss Bugz, qui sont en couple - oui, ensemble ! - un peu L'Aventurier, et pas du tout l'ami avec qui il était venu, Le Sculpteur.

 

La discussion allait bon train sur notre mariage, entre autres, quand par le biais d'une conversation croisée, on a pu entendre ça :

 

Le Barbu :  On est invités à tout un tas de mariages cette année, ça fleurit !

 

Le Sculpteur : J'ai connu la vague "mariages" il y a des années, maintenant tous mes potes commencent à avoir des enfants !

 

Moi [à propos de mariage. Je m'adresse au Barbu, pour plaisanter, et je me le permets car il sait que je rigole ]

Et vous c'est pour quand ?

 

Seulement, Miss Bugz , qui écoutait Le sculpteur, et qui se trouve entre Le Barbu et moi, intercepte la conversation, et comment un petit contresens.

 

Miss Bugz : Alors là, pas moyen, je DETESTE les enfants ! Ca pue, c'est moche, c'est pas intéressant ...

 

Moi, [la coupant presque pour pas qu'elle se méprenne, car je sais qu'elle déteste les enfants, et qu'elle n'aime guère en parler (car beaucoup de gens la jugent, à tort, et la jugent mal en plus, car c'est quelqu'un de très bien) et que je respecte sa façon de penser- de ressentir] : Non, attends, je parlais de mariage, j'asticotais Le Barbu, je sais très bien que tu ne veux pas d'enfants !

 

Miss Bugz : Ah, tu me rassures, parce que vraiment, les mômes, ça me met mal à l'aise. J'aime pas les toucher, et en plus les gens me les collent dans les bras pour que ça me fasse envie - tu parles-, je trouve ça débile, aliénant ...

 

Moi [à notre table la conversation a repris, mais on nous écoute d'une oreille] : Je sais, je sais ... Tu m'en as déjà parlé, tu sais bien qu'en ce qui me concerne, tu fais ce que tu veux !

 

Miss Bugz : Vraiment, je t'assure, ça me dégoûte presque !

 

Moi [Pour la désamorcer] : T'inquiète pas, je sais... Je te jure que si on en a un un jour, jamais on ne te le mettra dans les bras !

 

Miss Bugz : :D

 

Moi [Pour changer de sujet ] de toute façon, là, on part en voyage,et puis ...

 

Ce qui m'a interpellée dans cette conversation, c'est la véhémence de Miss Bugz, surtout devant un pareil auditoire, composé de son amoureux qui évidemment est au courant de son point de vue, de l'Homme Chocolat et moi qui avions déjà eu l'occasion de lui dire qu'elle faisait bien ce qu'elle voulait (et on le pense, bien sûr) de l'Aventurier qui à ma connaissance n'a personne dans sa vie, et qui n'est à mon avis pas le genre à avoir envie d'une vie de famille, et du Sculpteur, que je connais à peine à peine. Normalement, Miss Bugz est quelqu'un qui rigole toujours, qui ne prend pas trop les choses au sérieux (ça ne l'empèche pas d'être intelligente et cultivée, mais elle plutôt "cool" normalement )

 

Qu'est ce que quelqu'un a pu lui faire ou lui dire, une fois, plusieurs fois, pour qu'elle aie besoin de clamer aussi fort ce qu'elle ressent ? Et de façon aussi peu délicate (je ne me suis pas vexée car je la connais, mais si nous, on pense un jour avoir un enfant, ça aurait vite pu dégénérer un avis aussi tranché ) ?

 

Je ne le saurai sûrement pas, car je crois que c'est un sujet sur lequel il vaut mieux ne pas la questionner, mais la laisser parler à sa guise.

 

N'empèche que récemment elle m'a fait un très très beau cadeau, et que si ce livre est à la hauteur de mes espérances, je le lui offrirai peut-être :

 

http://www.bd-sanctuary.com/couvertures/big/EtToi-couv.jpg

 

Mais il faut vraiment que ça soit drôle et pas partisan !

 

Ceci dit, j'aime beaucoup le blog de Mady, alors je crois que je vais aimer !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Les choses qui fâchent
commenter cet article