Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 21:37

Depuis le premier janvier, je suis donc officiellement non-végétarienne. Bon, moi je le savais déjà, mais à voir le nombre de gens (médecins compris...) qui me répondent "Les végétariens mangent du poisson, c'est ça ?" , ce n'était pas évident pour tout le monde ! :D

 

Je suis donc officiellement "Flexitarienne", même si ça ne me plaît pas comme terme. Parce que, pour moi, faire gaffe au contenu de mon assiette, c'est aussi un acte politique et militant. Pas militant dans le sens "Je juge ce que vous mangez, vous", mais plutôt dans le sens "Mate-moi cette pizza VG maison, et dis moi que tu préfères ton jambon sous vide...  Alors ça me gène un peu que "Flexitarien", ça ne parle à personne ou presque. SAchant que j'ai déjà expliqué au moins dix fois rien qu'au boulot ce que voulait dire "Locavore" !

 

En même temps, je me rends compte en l'écrivant que ce n'est peut-être pas nécessairement un point négatif. Cela suscite l'intérêt, un terme nouveau, en tout cas plus sûrement que le végétarisme, assimilé de façon courante et simpliste à la protection des gentils animaux sans défense. Ce qui n'est même pas le but premier de tous les végétariens.

Après tout, je pense qu'il est plus confortable pour certaines personnes de ne pas demander "Pourquoi as-tu choisi d'être végéta*ien(ne) ? ", parce qu'ils savent que sur un plan purement logique, ils seraient pris en défaut (Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, je n'ai aucun problème avec les omnivores tant qu'ils me fichent la paix et ne viennent pas se plaindre auprès de moi du prix de leur steak quotidien)  Pas parce qu'aucune logique omnivore ne tient debout, mais parce qu'eux, ils n'ont jamais souhaité réfléchir à l'idée. Alors que nous, autre-tariens, on est souvent un peu obligés d'avoir ce genre de débats. Même si on n'en a pas envie... Pour ma part, j'avoue que je ne peux pas résister à "On a toujours fait comme ça, alors c'est que c'est bien." Il faut impérativement que j'enchaîne par un truc très terre-à terre, absolument pas prouvé et historiquement faux du genre "Ouais, et on a cru que la terre était plate pendant combien de temps ?" Je sais, je ne suis qu'un rabat-joie ! :D

 

Alors oui, je vous concède sans souci que n'importe quel plat fait maison est toujours plus appétissant, à prix en ingrédients grosso-modo égaux, que sa copie industrielle. (Sauf pour les sandwiches au pain de mie... J'ai honte mais j'adore ces saletés, et impossible d'arriver à imiter ce pain de mie tout imbibé, qui part en quenouille, mais qui est tellement peu étouffant - et peu nourrissant. Bref.)

 

Donc, si je mange "mieux", ce n'est pas parce que je suis quasi-végétarienne (vous voyez, ça ne veut pas marcher, entre ce mot et moi !) mais parce que nous cuisinons. C'est sûrement pas tout à fait faux. Au début, je me rapelle que je trouvais souvent qu'il est moins difficile de "construire" un repas VG qu'un repas non-VG. Sans même parler d'équilibre alimentaire, plutôt du point de vue de la tradition culinaire française.

 

http://ledelici.eu/wp-content/uploads/2010/07/veau.jpg

Vous voyez ce que ça donne si on enlève le veau, là ?

Et encore, il y a deux belles carottes.

 

Alors oui, il y a la solution de jongler avec le tofu, le tempeh, le seitan... Mais ce sont des produits qui sont plus difficiles à trouver, pas donnés (je ne crois pas qu'on puisse comaprer au prix de la viande ou du poisson, c'est tellement variable !) . Et qui, je le croyais alors, venaient forcément de très loin. Ce qui n'est plus tellement valable aujourd'hui il me semble, mais je ne retrouve plus la source. Ceci dit, il me semble que manger du soja tous les jours, vu la production française, reveint au final à générer beaucoup d'importations, ce qui est à l'opposé de ma démarche (j'y reviendrai !)

 

Donc, au début, j'ai pas mal jonglé. J'ai pris l'habitude de plus fractionner mes repas, aussi : une salade verte avec des olives et des champignons, puis du riz avec un petit ragoût aux haricots rouges (et hop, les protéines, in ze pocket !) , des fruits.

 

J'avoue qu'à un moment, je suis un peu souvent tombée dans l'écueil "produit laiter". Pas de là à en consommer trois portions par jour, le plus souvent (je ne souscris pas à cette idée, je fais confiance à mon corps pour me dire, via mon appétit et mes envies, ce dont j'ai besoin), mais j'avoue avoir pratiqué le plat de pâtes-crème-poireau-fromage rapé, voire la bête salade qui tue avec plein de légumes - tartine de frometon. Pas de quoi être malade je pense, mais au bout d'un moment, un peu répétitif. Et surtout, d'une certaine façon, je me bloquais toute seule l'accès à une cuisine plus végétale, que j'aurais bien aimé apprendre pourtant ...

 

Alors, le premier janvier, en devenant Flex, j'ai aussi pris la résolution d'essayer de cuisiner plsu végétal. Double challenge... Puisqu'il me faudrait remplacer tous les repas à base de poisson  que je ne ferais pas (je ne doutais pas que j'en mangeais plus que je n'en avais réellement envie) par des repas encore plus durs à improviser pour moi.

 

Est-ce-que ça marche ? Est-ce-que je tiens bon ? Est-ce-que je me sens privée ? Est-ce-que j'ai les fesses roses ?

 

A suivre !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Mieux manger
commenter cet article

commentaires

Mia 28/02/2012 19:06


Inspire toi dans des livres...
Si t'as un panier, tu partiras du végétal...
Bon courage et dis nous si t'as les fesses roses ;-)