Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 22:53

J'ai relu l'article d'il y a un an, et c'est assez édifiant ! :D

 

Continuer à prendre le pédibus ou le vélo pour aller bosser le matin, utiliser encore moins la voiture, vider encore mieux mes placards et les tiroirs de la salle de bains, cuisiner plus, être "plus végétarienne" ... J'ai à un moment envisagé de devenir complètement végétarienne (au départ pour un an), ou omnivore raisonnée, mais dans toutes mes réflexions, je n'ai pas trouvé "la lumière" que j'attendais, donc, je ne change rien.

 

Bon, ben pareil ! :) J'aurais pu écrire la même chose au mot près cette année ! Pour l'utilisation restreinte de la voiture, je progresse, il me reste juste à m'organiser un peu mieux pour arriver à être à mon cours de couture le jeudi à 18h en finissant... A 18h. Le tout en transports en commun idéalement :p

(Petite pensée pour Mia, c'est pas Smart ça, c'est pas tellement facile à mesurer... Peut être tout bêtement en kilomètres, mais comme je n'ai aucune estimation de ma "consommation" de base ...)

 

En ce qui concerne le végétarisme, j'y reviens en fin d'article, j'avais envie d'en parler.

 

Ah si, tiens, j'ai acheté un kakebo, et j'espère non seulement améliorer ma gestion de mon budget (que je ne ferai jamais "à la française", mais aussi arriver à noter l'exercice que je fais, ce que je mange, et surtout pourquoi et quand. Je reste persuadée que faire un régime me permettrait de renouer avec mon poids "préféré" sans souci, mais pas de façon durable. Il y a un truc à régler entre moi et moi d'abord...


Pour le budget, pas mal du tout. J'ai mis fin à beaucoup de prélèvements automatiques finalement pas si utiles, réduit mes factures, économisé pour des dépenses qui ne sauraient tarder... Avec mon chéri, on a également opté pour une gestion de notre buget commun (ici, on en a trois, un chacun -totalement privé- et un ensemble) un peu différente, qui commence déjà à porter quelques fruits ! :D

 

Pour l'alimentation, j'ai finalement décidé de ne pas noter quoi que ce soit, de simplement essayer de comprendre pourquoi je mange plus ou moins selon les jours, et de faire selon mon envie du moment (il y a une heure, c'était yaourt salé aux herbes de bonne humeur avec des bâtonnets de carrotte et salade de chou-fleur aux graines de lin . Ben oui ...) On verra ce que ça donne !

 

J'espère arriver à être plus objective, plus sereine, et à remplir mon agenda de plus de vides constructifs ...

Still in progress... Mais dans l'ensemble, je me sens plus sereine et moins overbookée, dans l'ensemble. Pourtant je n'ai pas l'impression d'avoir changé grand chose, juste débarassé quelques casseroles... Difficile de dire d'où vient ce progrès, mais il est indéniable !

 

A la limite, ma bonne résolution, ça serait de trouver, "quelque chose" à faire, pour moi, avant que nous ne soyons les (heureux) tributaires d'un bout de chou. Je n'ai pas encore trouvé ... Je serais bien tentée par de l'humanitaire, mais où, comment, combien de temps ... 

Still in progress aussi ! Pour le moment, je donne surtout pas mal mon sang (n'en déplaise aux gens qui pensent encore que pas de viande = carencée), et j'ai fait plusieurs voyages à Emmaüs en vidant mes placards et tiroirs. :D Mais si vous avez des idées, je prends !  

 

A propos du végétarisme, donc, j'ai (encore) eu l'occasion d'en parler avec trois "omnivores" pendant les vacances. O, joie... Je ne fais pourtant jamais de prosélytisme alimentaire... Mais c'est moi qui suis intolérante ! Ceci dit, même si je ne fais pas de prosélytisme, je réponds bien évidemment quand on me demande mes raisons pour m'alimenter comme je le fais. Honnêtement, c'est aussi un peu à ça que ça sert, à donner à réfléchir aux autres ... ^^

 

Franchement, aucun "argument" (je mets des guillemets parce que j'ai encore eu droit au fameux "et les salades, elles pleurent quand tu les coupe et autres trucs passionnants du genre ...) ne m'a apporté quoi que ce soit. Sauf peut-être une remarque, pourtant la plus terre-à-terre qui soit : "Et les poissons, ça souffre pas ?" Cette remarque visait à me montrer que, puisque je mange du poisson, des crustacés et des coquillages, je peux manger aussi du mammifère ou de l'oiseau (ou du reptile, de l'amphibien...).

 

Sauf que, mes raisons de ne pas manger de mammifères ne sont que très peu liées à la souffrance de l'animal à proprement parler. Je ne la conteste pas, et je suis contente de ne pas avoir envie de manger de vache ou de mouton, car je sais qu'ils peuvent souffrir. On m'a assuré que la souffrance d'un animal n'était pas la même que celle d'un humain. Mais comme je suis un humain, je ne peux pas le savoir avec exactitude, ne l'ayant jamais expérimenté de l'intérieur... Donc, cet "argument" n'a aucun sens dans ma démarche, tout comme l'argument "non mais tu vas être carencé, tu te rends pas compte", en plus d'être faux, n'a aucun poids face à un(e) végé pour qui la première motivation est la souffrance animale. Ainsi de suite ...

 

Ceci dit, ça met en lumière quelque chose qui me "chiffonne" depuis un bail. Manger un poisson mais pas un bout de jambon, ça n'a pas vraiment de sens. Du moins, ça n'en a plus pour moi !

 

Donc, je pourrais très bien être "omnivore raisonnée". Même si j'aimerais bien savoir s'il existe un nom plus court, plus clair et plsu répandu pour dire ce que je suis et pourquoi ! (Petit rappel : je ne mange pas de viande, au départ, parce que je trouve que c'est du gaspilalge d'argent, de céréales, de terres arables, de pétrole, d'eau et de ressources en général, pour un plaisir qui n'en vaut pas la peine.)

 

Mais l'omnivore défendant (je cite sciemment l'Elfe), surtout en meute, devient vite con. Pour certains omnivores militants (et ce que je vous fais chier, moi ? :D) , il est même tout à fait évident que si demain, je mange un bout de poulet, ça veut dire "que je reconnais que j'ai été con de pas en manger pendant douze ans". Jamais expérimenté mais je prends les paris !

 

Alors que pas du tout... Même si demain je me lève avec l'envie d'un steak, j'aurais appliqué mes convictions pendant douze ans. Peut-être qu'un jour j'en aurai d'autres, mais j'aurais été fidèle à ma ligne de pensée, et je n'aurai pas à rougir... Seulement, je crois que je m'épuiserai encore plus à essayer d'expliquer ça qu'à tenter de leur faire comprendre ne serait-ce qu'un argument pro-végé. Comprendre simplement, ce qui ne veut pas dire adhérer...

 

En plus, je n'éprouve pas l'envie de remanger de la viande. Pour plein de raisons, dont la principale est peut-être tout simplement le fait que je vis très bien sans et que ça m'arrange, car je n'ai aucune culpabilité à gérer vis-à-vis de la vache. Ce qui serait le cas si je la mangeais. Mais on parle de ma perception des choses, ma mienne personnelle à moi, et je conçois qu'on puisse ne pas avoir la même : mon chéri mange de la vache et même des petits zanimo trop mignons... Et on ne s'est jamais, jamais, jamais pris la tête à cause de ça !

 

Donc, retour à la case : je mange ce qui vient de l'eau (c'est moche, mais j'imagine beaucoup moins bien la souffrance de la crevette que celle de l'agneau) et pas le reste.

 

Seulement, ça a aussi un effet pervers. Je me rends compte que je surconsomme du poisson (par rapport à mon but premier) , et que ça ne m'apporte rien, au contraire.

 

Donc, retour à la case végé.

 

Mais de temps en temps, j'avoue que j'aime bien un bon sushi...

 

Donc, retour à la case : je mange ce qui vient de l'eau et pas le reste.

 

Cercle sans fin ... Et qui ne me satisfait plus.

 

Après douze ans à déclarer que "non, je ne suis pas végétarienne, je mange du poisson. Non, ça ne s'appelle pas être végétarien. Non, sans viande ni poisson c'est aps végétaLien, VégétaLien c'es sans viande, ni poisson, ni oeufs, ni lait ou laitage...", ce qui vous le voyez est assez pénible, je suis donc officiellement Flex.

 

Evidemment, le principe même d'être Flex, c'est d'être flexible, donc il y a des Flex qui deviennent omnivores a 18h, certains qui mangent des poissons et d'autres pas, d'autres qui sont végé tous les jours sauf le dimanche ...

 

Personnellement, je vise une Flex-attitude plus stricte.

 

A savoir que je me fixe l'objectif d'être la plus végétarienne possible. Mais si demain je me retrouve par miracle à la table de Thierry Marx, de Ferran Adria ou si j'ai l'occase de retourner chez Papi Yakitori (en sortant de Takeshi-Dori dans le sens de la descente, traverser au feu, prendre la rue légèrement oblique à gauche, presque parallèle à la grande rue, chercher un microscopique restau qui accepte la CB et qui a devant sa devanture un panneau présentant une assiette de yakitoris énorme pour 2700 yen à peu près.), je n'aurai aucun srupule à me régaler de ce dont j'aurais envie.

 

Les tenants du tout ou rien objecteront que c'est absurde, que ça ne sert à rien. Je me contenterai de les renvoyer au coût en CO2 de leurs aliments, ou, suivant les "arguments" qu'ils auront, au bénéfices de l'alimentation végétarienne sur la santé. Encore une fois, je ne juge pas ceux qui mangent autre chose que moi. Mais si on m'objecte des idées reçues, j'ai le droit de me défendre ! :)

 

En tout cas, pour ma part, je suis désormais libre officiellement de faire ce que je veux, sans avoir ni à me flageller pour un sushi, parce que ça ne prouve rien de rien, ni à accepter un truc dont je n'ai pas envie, même au restau avec les collègues.

 

On verra ce que ça donne... ^^

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Le petit poison cogite
commenter cet article

commentaires

Mia 17/02/2012 13:35


Lila, ton raisonnement est le début de celui des végétaliens (qui eux du coup arrêtent de manger des sous-produits animaux).


Le plus important c'est que tu sois cohérente avec toi-même. Ceux qui te diront que c'est absurde ne connaissent sûrement pas l'histoire du colibri.
J'ai énormément réfléchi à tout ça il y a quelques années et je suis super zen par rapport à mes choix :
- ce sont MES choix
- oui ils sont discutables mais ce sont les miens
- j'ai des valeurs
- je n'ai jamais dit que j'étais parfaite
- à partir de là je suis en cohérence avec mes choix car je fais du mieux que je peux.
CQFD


La seule difficulté concerne le vocabulaire donc j'ai pris le parti de dire ce que je ne mangeais pas, c'est plus simple.


Bon courage !

Le petit poison rouge 17/02/2012 18:48



Rien à rajouter ! :)



lila 09/01/2012 01:30

Il faut bien que les vaches,les chêvres,les brebis aient des petits pour avoir du lait qui sera consommé sous différentes façons et qui rentre dans bien des péparations culinaires.
Oui pour le beurre,le fromage,les yaourts etc mais il faut bien en subir les conséquences.
alors ma question est la suivante
Que faire de ces animaux, en comptant sur un troupeau de 30 bêtes, un veau,tous les deux ans ,des agneaux et des cabris.
Imaginez le tout sur le chepel mondial,surpopulation animal,plus de quoi les nourrir,ne serait-ce pas une catastrophe?

Le petit poison rouge 09/01/2012 18:42



Je suis d'accord avec le constat... Même si ça ne marche pas avec les cochons, les lapins, et d'autres animaux ;) Je serai tout de même curieuse de savoir quel pourcentage de la viande
représentent ces animaux-là (nés pour obtenir du lait) : en effet, s'ils représentent 50% de la consommation, on peut toujours, sans toucher à la production de lait, consommer ces 50% là en
moins...  Ceci dit, effectivement, il faut faire naître des petits pour faire du lait, et en ce qui me concerne, je trouve tout à fait logique, dans une démarche d'alimentation raisonnée,
d'apprendre à en consommer moins. Bien entendu, encore une fois, je ne force personne, j'essaie juste d'être en cohérence avec mes propres convictions ... :)