Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 19:32

Non, non, il le promet, Nicolas Sarkozy n'a pas utilisé cette formule, pas du tout ...

 

 

Enfin, ce n'est ni la première, ni la dernière fois qu'il prend les gens pour des cons (je pourrais dire imbéciles, mais là, y'a pas de doute !) Soyons de bonne foi, une erreur de formule, un lapsus, ça peut arriver. Bon, pas dix fois, me feront remarquer les mauvaises langues - dont je fais d'ailleurs moi-même partie !
Là où le président-candidat commence à m'énerver violemment, c'est quand il prend la mauvaise habitude d'oublier la partie de l'Histoire qui ne l'intéresse pas (Non, non, je ne rappellerai pas que Guy Môquet était un militant communiste ...)

 

Tout d'abord, le premier Mai, ne lui en déplaise, ce n'est pas tout simplement " la Fête du Travail ". Cette journée particulière qui a commencé à prendre la tournure que nous connaissons vers 1889, n'ayant pas de dénomination officielle, était alors appellée "Fête des Travailleurs" (on va y revenir) . Que ça nous plaise ou non, que le terme soit bien ou mal choisi, c'est Pétain qui instaura officiellement l'expression "Fête du Travail et de la Concorde sociale". Qu'aucun gouvernement (de droite comme de gauche) n'a changé depuis. (FAudrait ptêtre y penser, non ...? )

 

Mais c'est quoi, en fait, une Fête des Travailleurs ?

Qu'est-ce-qu'elle signifie ? Pour qui ? Et pourquoi à cette date ?

 

Aux États-Unis, au cours de leur congrès de 1884, les syndicats américains se donnent deux ans pour imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils choisissent de débuter leur action le 1er mai parce que beaucoup d’entreprises américaines entament ce jour-là leur année comptable, et que les contrats ont leur terme ce jour-là. La grève générale du 1er mai 1886 est largement suivie. Ils sont environ 340 000 dans tout le pays.


A Chicago, la grève se prolonge dans certaines entreprises, et le 3 mai 1886, une manifestation fait trois morts parmi les grévistes de la société McCormick Harvester. Le lendemain a lieu une marche de protestation et dans la soirée, tandis que la manifestation se disperse à Haymarket Square, il ne reste plus que 200 manifestants face à autant de policiers. C’est alors qu'une bombe explose devant les forces de l’ordre. Elle fait un mort dans les rangs de la police.

 

À la suite de cet attentat, cinq syndicalistes anarchistes sont condamnés à mort (Albert Parsons, Adolph Fischer, George Engel, August Spies et Louis Lingg) ; quatre seront pendus le vendredi 11 novembre 1887 (connu depuis comme Black Friday ou « vendredi noir ») malgré l’inexistence de preuves, le dernier (Louis Lingg) s’étant suicidé dans sa cellule. Trois autres sont condamnés à perpétuité.

 

Trois ans plus tard, la IIe Internationale socialiste se réunit à Paris, à l'occasion du centenaire de la Révolution française et de l’exposition universelle.

Sur une proposition de Raymond Lavigne, elle décide le 20 juillet 1889 de faire de chaque 1er mai une journée de manifestation avec pour objectif la réduction de la journée de travail à huit heures (soit 48 heures hebdomadaires, le dimanche seul étant chômé).

Le 1er mai 1890, l'évènement est ainsi célébré dans la plupart des pays, avec des participations diverses.

Le 1er mai 1891, à Fourmies, dans le Nord, en France, la manifestation tourne au drame : la police tire sur les ouvriers et fait neuf morts (voir la Fusillade de Fourmies et affaire de Clichy).

Avec ce nouveau drame, le 1er Mai s’enracine dans la tradition de lutte des ouvriers européens.

 

(J'avoue, après avoir vérifié les grandes lignes, je cite très largement  l'article de Wikipédia.) 

 

Comme on peut le voir, et comme le dit notre Président, tout cultivé qu'il est, cela n'a rien à voir avec de la politique ...

 

Après tout, des ouvriers qui font grève pour obtenir des conditions de travail décentes, ça n'a vraiment rien à voir avec une certaine vision du travail, de l'économie et de la place qu'elle doit avoir, rien à voir avec le rapport de forces qu'il est parfois (je dirais même souvent) nécessaire d'être capable d'initier pour se faire entendre. D'ailleurs, il a tout à fait raison lorsqu'il reproche aux syndicats de faire de la politique, ça n'a rien à voir ! Allons, depuis quand la durée légale du travail, celle des repos, le salaire minimum, les congés maladie, depuis quand, je vous le demande, ça a un rapport avec la politique ?

 

C'est pour ça que Nicolas Sarkozy ne parle jamais de "Donner aux entreprises la possibilité de conclure (...) des accords sur le temps de travail et l'emploi" , ça n'est pas son boulot de se mêmer de ce qui se passe dans les entreprises, enfin !  (Proposition n°5).

 

Il n'évoque pas non plus les salaires ( Proposition n°6) (Je vous conseille d'ailleurs d'approfondir ce point, c'est savoureux. Il est question d'augmenter les salaires 70 euros par mois en intégrant la prime pour l'emploi, mais quelques pages plus loin,  de la supprimer... étrange, non ? )

 

Ni d' " Exonérer de charges patronales les entreprises qui embauchent des personnes de plus de 55 ans"  (n°10).

 

Rien à voir avec de la politique , on vous dit ...

 

En revanche, ce qui est (peut-être, hein, parce qu'il ne nous a pas encore expliqué) politique, c'est ça :

 

" Si nous avons pris le risque de nous rassembler, ce n'est pas pour manifester contre quiconque, se défend Nicolas Sarkozy, nous avons la France dans le cœur. Ils ont choisi de se rassembler sous le drapeau rouge, nous avons choisi de nous rassembler sous le drapeau tricolore !"

 

Un petit rappel à la symbolique du premier mai, là ? Si tu ne veux manifester "contre" personne, tu devrais peut-être choisir un autre jour. A moins que tu ne trouves géniale l'idée de dresser les gens les uns contre les autres... Je ne fais que proposer un élément de réponse : " (...) de ceux qui travaillent dur, de ceux qui sont exposés, qui souffrent, et qui ne veulent plus que quand on ne travaille pas on puisse gagner plus que quand on travaille". Autrement dit, moi qui fais mes 8 heures dans un bureau climatisé, je n'ai pas un vrai travail. J'apprécie...

 

"Dans la République, ce ne sont pas les syndicats qui gouvernent. Je le dis aux syndicats : posez le drapeau rouge et servez la France, servez les travailleurs."

 

Ce ne sont pas les syndicats qui gouvernent. Autrement dit, ils n'ont qu'à la boucler ... Sortir ça LE jour de l'année qui leur est consacré, ça ne serait pas un petit peu de la provoc ? Donc, si j'ai bien compris, les syndicats n'ont qu'à abandonner toute revendication un tant soit peu de gauche, et marcher main dans la main avec le gouvernenement, dans la direction qu'il propose. Bah oui, faut servir la Patrie la France... Celle d'une économie plus compétitive, plus flexible, où les personnes ne sont plus que des variables d'ajustement. Des syndicats comme ça , j'adhère tous les jours, sans rire ... ( Ceci dit, c'est possible, regardez le Medef !)

 

Là ça devient trop beau :

 

"Nous nous considérons comme les héritiers de ceux qui ont lutté pour le droit de grève, pour la liberté syndicale

et pour les congés payés" .

 

" Les jours de grève ne seront pas payés. Au bout de huit jours de grève, il y aurait un vote à bulletins secrets pour déterminer si une majorité des salariés est en faveur de ce conflit ou pas"  - N.S. - 21 juin 2007.

 

L'occasion de se lancer dans une attaque en règle contre la mise en place des 35h ( 35 heures qui sont soutenues par 56% des français, ça s'appelle une majorité, ça ) et la retraite à 60 ans ( que 70% des français (eux encore) appellent de leurs voeux.)

 

Finalement, heureusement que le syndicalisme et la politique n'ont rien à voir, on pourrait presque penser qu'il n'y connaît rien, ou qu'il attise le feu ...

 

 

Si la vérité blesse, c'est la faute de la vérité. 

N.Sarkozy, 4 Mai 2004.

 

Alors casse toi, pauv' con !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Le petit poison cogite
commenter cet article

commentaires

Mag 04/05/2012 14:43


* une flopée de dépense et trop peu de recettes

Mag 03/05/2012 23:13


Le commentaire d'Anna en est la preuve, ce qui a été oublié pendant toute la campagne, c'est qu'on vote avant tout pour des idées, bien plus que pour une personne. Ce n'est pas parce qu'on
apprécie pas la forme qu'il faut en condamner le fond On entend sans cesse les journalistes et d'autres dresser le procès de Nicolas Sarkozy. Et pourtant des instituts d'analyses totalement
indépendants dressent un bilan très correct du quinqennat qui touche à sa fin au vu du contexte. Nous ne pouvons pas savoir ce qu'il en aurait été si Ségolène Royal avait été au pouvoir pendant
ces temps de crise, cependant j'ai dû mal à imaginer que la France s'en sortirait aussi bien.


Il faut se rendre à l'évidence, la crise est loin d'être terminée et les temps sont loin d'être dur en France quand on regarde ce qu'il se passe dans d'autres pays européens et même au Etats
Unis. On doit être vigilant et le retour à l'équilibre budgétaire est essentiel si on veut préserver notre système social. Or je trouve dans le programme de François Hollande une flopée de
dépenses et trop de recettes pour les couvrir... Et si chacun dresse le bilan de Nicolas Sarkozy, il faudrait aussi regarder le seul bilan que peut nous offrir François Hollande : la Corrèze dont
il est Président du Conseil général est devenu le département le plus endetté de France. Ainsi je me pose des questions quant à la capacité de François Hollande à faire face à cette crise.

Le petit poison rouge 07/05/2012 21:34



Effecitvement, il y a des personnes qui ont choisi de s'intéresser à la personnalité du candidat. A gauche comme à droite, d'ailleurs, où l'on a comparé François Hollande à un Flamby, où l'on a
raillé son manque d'expérience nationale... Un partout ? :D


Pour en revenir aux idées, il me semble qu'il est difficile de faire un bilan impartial... Moi, ce que je vois, c'est le chômage qui augmente, de même que la dette, que les prélèvements sur les
classes moyenens et moins aisées... Je pense qu'il est tout à fait possible de faire un bilan très négatif en étant parfaitement honnète, parce qu'on est toujours influencé par ses opinions...En
ce qui concerne Ségolène Royal, je te rejoins, on ne peut pas savoir.


Là où je te rejoins aussi, c'est que la crise est loin d'être terminée. Ceci dit, je ne suis pas d'accord concernant le remède ... Je mets à ta disposition cet article de l'OIT...


Oui, on doit être vigilant, mais il y a d'autres sources de revenus que les poches des modestes et des classes moyennes. Mais pour avoir des revenus, il faut savoir comment stimuler l'emploi, et
éviter la récession, donner aux gens les moyens d'acheter des marchandises de qualité, fabriquées dans des pays où les standarts sociaux, économiques et environnementaux sont élevés ... De plus,
à mon sens, les personnes les plus riches doivent contribuer en proportion de leurs moyens. Il n'est pas question de les punir, ou de les faire fuir, juste d(e r)établir un peu de justice...


Quant à l'endettement de la Corrèze, je ne le conteste pas, mais on peut se poser des questions sur les sommes effectivement allouées et reversées par l'Etat... De plus, les régions et
département peuvent difficilement rivaliser avec l'Etat quand il s'agit de récolter et distribuer les richesses... Certains terrictoires, comme la Corrèze, sont à mon avis particulièrement
désavantagés...


J'espère que tu ne m'en voudras pas pour cette réponse tardive, j'étais surbookée... Rien à voir avec les résultats. Et avec mes remerciements pour ton commentaire constructif, d'autant que tu
savais sûrement qu'ici, les partisans du Président n'étaient pas majoritaires, et que tu t'exposais à la controverse...



Marjolie 02/05/2012 13:12


:)))

Anna 02/05/2012 09:02


Entendu sur France Inter lundi dernier, un porte-parole de Nicolas Sarkozy. Le journaliste s'étonnait des revirements de la campagne : viande hallal pas importante puis tout compte fait si, pas
de régulation des loyers puis tout compte fait si... Il parlait de "manque de direction". Le porte-parole a eu cette réponse superbe : "la direction de Nicolas Sarkozy, ce sont les français !"


Bon, c'est donc clair, il décide au sondage et il dirait n'importe quoi pour être élu. Pour moi ce n'est même plus une question de politique droite-gauche : on ne peut pas avoir un type pareil à
la tête du pays 5 ans de plus.

Le petit poison rouge 07/05/2012 21:16



J'avoue que je suis plus branché par l'aspect strictement politique des choses et surtout des gens, mais je dois dire que je n'ai pas beaucoup d'affection pour Sarkozy... Je le trouve trop agité,
pas assez posé ... Ceci dit, à l'heure où je t'écris, c'en est fin ide sa carrière politique !