Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 13:35

Je suis ce qu'il paraît qu'on appelle pesco-végétarienne depuis plus de dix ans. Rappel pour ceux qui ont du mal avec ces notions :

 

- Végétarien : Personne qui ne mange pas de "chair" (viande ou poisson)

- Végétalien : Personne qui ne mange pas de "chair" (viande ou poisson), de lait, d'oeufs, de miel ...

- Végan : Personne qui ne mange pas de "chair" (viande ou poisson), de lait, d'oeufs, de miel, ne porte pas de cuir ou de laine ...

 

(Mia, si tu dois corriger ou préciser des choses, tu es ici chez toi)

 

Or, depuis un certain temps, ça me turlupine.

 

Je commence à me demander la différence entre manger de la viande et du poisson ... En fait, dans les deux cas, il s'agit de manger un animal, soit élevé à cette fin, soit "chassé". Je ne juge pas, j'essaie d'être objective.

 

Pour ce qui est de la conséquence environnementale, c'est un peu kif-kif à mon avis, et ça semble se confirmer ici. (Je ne cite qu'une source car j'ai déjà lu ces chiffres des tas de fois,et que ça me semble une source fiable) . En effet, les animaux que nous mangeons sont nourris avec des céréales que nous pourrions consommer, ce qui necessite de l'eau, du transport, et malheureusement, en général, de l'engrais, des tracteurs ... bon, si on veut faire les choses correctement, il faut préciser que la production de boeuf

 

Au risque de choquer certains végétaRiens, je ne suis pas vraiment pour l'abandon pur et simple de la consommation de viande et de poisson imposée à tout le monde. (Au passage, les végétaRiens qui auront envie de râler sont priés de considérer que sans industrie de la viande, pas d'industrie du lait, ni des oeufs)

 

Donc ...

 

A priori, je ne suis pas contre l'idée de manger un peu de viande. D'autant que, comme je le signalais, je participe un peu à l'industrie de la viande, puisque je consomme lait et oeufs. Mais voilà, SI je redevenais "omnivore", est-ce que mes "proches" (au sens large) prendraient la peine de vérifier sur la carte des restaurants qu'il y a au moins un plat sans viande ? Est-ce-qu'ils pourraient comprendre que j'accepte de manger un petit morceau, mettons de jambon cru (bizarrement, c'est la viande qui me tenterait le plus), alors que s'il y a du hachis parmentier au menu, je préfère aller me faire cuire un oeuf, au sens propre ? Est-ce qu'ils ne remettraient pas la viande au centre du menu, alors que ma présence a tendance à poser la question de son "indispensabilité " ? (Si, si, ça existe !)

 

En même temps, très honnètement, je ne brûle pas d'envie de devenir 100% VG !J'adore la cuisine VG, je commence à me débrouiller pas mal pour varier les menus, mais une fois de temps en temps, j'aime bien un p'tit bout de truite fumée ou des sushis .... Et mes sushis préférés, c'est pas ceux à l'omelette, j'avoue !

 

Donc ...

 

J'aime bien l'idée d'un "permis à points" : je m'autoriserais à manger non-végétaRien une fois par semaine, disons, et je pourrai "récupérer" un repas Non-VG pris en "trop"  par 2 repas VégétaLiens (Ca, je commence à maitriser grave, et sans faire exprès ... Ce midi par exemple : riz basmati (un filet d'huile d'olive, pas de beurre) +ratatouille maison, prunes, une petite pomme).

 

Il n'y a qu'un truc qui m'embète : Qu'est ce qui me donnt le "droit" de ne pas diminuer mon empreinte carbone alimentaire le plus possible ? Après tout, un steak en moins, c'est toujours ça de pris pour l'environnement, non ?

 

Je me demande si je ne vais pas essayer de ramener cette donnée à une portion de mon empreinte globale.

 

Seulement, j'ai peur que le calcul de mon empreinte globale soit fortement impacté par mon mode de vie "non voulu" : J'habite un pays industrialisé, je bosse sur un PC, j'ai le chauffage collectif ...

 

Ma foi, je vais essayer, je  vous teindrai au courant. Toutes les idées et remarques sont les bienvenues , à part celles qui me mettront en garde pour ma santé, merci, mais NON, être végétarien, ce n'est pas mauvais pour la santé !!!!!

 

 

 

Ca commence à me plaire cette idée de permis à points. Objectif de départ (modulable si je gère à mort ou que je ne m'en sors pas, dans un cas je serai moins contente que dans l'autre) par semaine :

 

Déjeuners - dîners 

1 repas non VG

7 repas végétaLiens

6 repas VG

 

Collations-petit dej

Au moins 3/5 VG - Au moins 1/5 VGL *

 

(*VGL : végétalien - comme cet article est amené à être le premier d'une longue série, prenez des notes !)

 

A bientôt pour la suite !

 

Entre autres, la réduction drastique des trucs "tout prêts" (pour les repas, on n'en utilise jamais, mais pour le gôuter et le 10h ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Mieux manger
commenter cet article

commentaires

Mia 18/09/2010 23:49


Qd je suis invitée, je précise tout à nos futurs hôtes pour éviter tout malentendu. Quitte à téléphoner à la personne pour faire des propositions de plats (parfois même un plat de pâtes ne leur
vient pas à l'esprit...)
:-)
Si tu veux en parler de vive voix un jour, no souci !


Le petit poison rouge 19/09/2010 00:03



Moi aussi, mais ils ne m'écoutent ja-mais :P En même temps, ça part d'une bonne intention...


Ouais, ça serait sympa qu'on se voie. En décembre je vais à Lyon ... Enfin, je blague (mais si j'y vais effectivement je te préviens), on pourrait en parler, oui ! :)



Mia 14/09/2010 13:32


- Ok pour les notions

- "la différence entre manger de la viande et du poisson"
Ma réponse : tout dépend du point du vue :
D'un point de vue éthique, les 2 entraînent la mort d'un être sensible donc c'est "pareil".

D'un point de vue environnemental, il y a des impacts pour la production de viande et de poisson... mais il faut être vigilent à préciser le contexte. On parle souvent des productions à grosse
échelle et non de la chèvre qui broute au fond de ton jardin et mange les épluchures.
Mon raisonnement est assez simple : si ceux qui mangent très souvent de la viande en mangeait moins (et ceux qui n'en mangent pas ne commencent pas à en manger - je ne parle pas pour toi mais des
indiens par exemple - [... je mets ça car ça demanderait plus d'explications])) alors la production pourrait être repensée au niveau global... avec un impact moindre sur l'environnement.

Remarque vgL : tu as tout à fait raison / à l'impact vgR. Juste pour info, j'ai eu l'occasion d'aborder le sujet alimentation carnée-impact envt avec beaucoup, beaucoup, beaucoup de personnes. Et
beaucoup beaucoup de personnes ne voyaient pas vraiment pourquoi le contenu de l'assiette avait un impact sur l'environnement (l'arbre à steak n'existe pas ? ;-) )
Selon le "public", j'aborde le sujet des laitages et des oeufs ou pas. Soit j'en reste à la viande (niveau 1) soit je parle en plus global (niveau 3, c'est aussi le niveau où on aborde le bio, le
local, on va un peu plus loin sur l'alimentation).

D'un point de vue santé, je dirai que c'est comme le reste de la l'alimentation "un peu de tout c'est bien, les excès sont mauvais" (même en tant que végétarienne, je ne dis pas que la viande est
mauvaise pour la santé, je dis qu'une majorité de gens en mangent sûrement trop et la qualité n'est pas optimale)

- "Qu'est-ce qui te donne le droit ?"

Personne. C'est toi qui fait des choix. Tu choisis d'avoir un blog, de faire certains déplacement en voiture... de manger un steak de temps en temps...
Les gens n'ont pas à juger (même s'ils se font un plaisir de le faire), ils peuvent essayer de comprendre, pourquoi pas comparer certaines de tes actions aux leurs, ça peut être intéressant de voir
l'impact des actions individuelles (les notions d'EE ou de carbone sont intéressantes de ce point de vue là, avec les limites que leurs calculs et leurs champs d'application comportent).
Tu ne pourras pas en empêcher certains de juger, à toi de discuter avec eux pour que ça soit constructif.

Certains vont te dire que c'est de la déculpabilisation et conclure par "allez, je prends mon 4*4, je m'arrête au Mac Do et je vais prendre mon avion, c'est mon choix" (généralement c'est
accompagné d'un rictus cynique et moqueur auquel je réponds par un sourire rempli de compassion, parfois en rajoutant quelques piques... sur ce concept libertin de "faire des choix").
Ca sera effectivement leur choix...
[Je parle de temps en temps du cas Nicolas Hulot, souvent critiqué car il prend l'avion... Je suis plus modérée, car il a un impact médiatique fort dans la prise de conscience de la beauté de notre
terre pour le télespectateur de TF1. Bien sûr on peut lui lancer des pierres. Moi je ne le ferai pas car la première étape avant de dire "je fais des choses pour l'envt", c'est d'avoir conscience
qu'on est qu'une partie, que la Terre est belle et utile...])

- "si tu redevenais omnivore"
je zomme sur ta phrase car elle me tient à coeur (même si... cf. la fin du paragraphe). Pour moi, quelqu'un qui va manger de temps en temps de la viande ou du poisson n'est pas végétarien. Il n'y a
aucune gloire à l'être (ce n'est pas pour ça que je paye moins d'impôt ou qu'on me respecte plus ou qu'on me fait des cadeaux ;-)), je ne cherche pas les distinctions. Mais je recherche un langage
commun entre client de restaurant, chefs, copains...
Si la veille la végétarienne de la table a mangé la salade avec le jambon et les légumes qui baignaient dans le sang de la viande qu'elle n'a pas touché, et que je refuse de telles assiettes, il
faut partir dans des explications qui parfois n'en finissent plus... parce qu'on n'a pas le même langage. C'est juste dommage.
Par expérience, je dis rarement que je suis végétarienne, je demande "sans viande et sans poisson". Direct à l'essentiel, avec plus ou moins d'explications de vocabulaires selon mon humeur et ma
motivation.

Permis à points :-)
Si ça te permet de mieux gérer ton alimentation, pourquoi pas...

PS : j'ai l'impression que tu parles du chauffage collectif en point "moins", mais il y a des points positifs pour l'environnement.


Le petit poison rouge 16/09/2010 13:16



Bon, je la refais !


Je disais donc, sorry pour le délai de réponse, il me fallait digérer ton pavé (de tofu ? :P)


Si ceux qui mangent [...] sur l'environnement. Je suis à 100% d'accord ! Voire plus :p


- "si tu redevenais omnivore" - Je ne le suis pas, de fait ... :P Je suis pesco-végé selon les uns, casse-b.... selon les autres, végétarienne pour mes collègues qui n'écoutent rien à mes
explications, et compliquée pour moi-même. D'ailleurs, pour moi, le "titre" de VG se mérite. Bon, j'ai pas de cadeau à te faire, mais je te tiens plus en estime sur ce point de tes convictions
que mon Boss soi-disant écolo qui me tient mot pour mot le discours : "J'ai un gors 4x4 qui pue, mais les vieilles voitures, c'est pire". Ben tiens :P


Du point de vue du langage, c'est justement là tout le sens de ma note. Je ne me sens pas d'être encore VG pour du vrai (des fois, au restau, ça facilite la vie, je reconnais que c'st du confort
- et j'avoue que j'aime bien le poisson. Je n'ai pas de mal à en manger très peu, mais plus du tout...) , mais (s)e poser en tant que tel(lle) permet de faire naître le débat là où normalement,
il n'a aucune chance de voir le jour. Parce que je te rejoins quand tu dis que la plupart des gens ne se rendent pas compte de l'impact de leur alimentation ...


Le permis à points, c'est effectivement marrant à tester pour moi ;)


Ou alors, je fonde la branche des Végétariens Croyants presque tout le temps pratiquants, ou des Omnivores raisonnés / raisonnables ? :P


Ou alors, j'inaugure la VG-intermittence, une année VG, une année OR (Omnivore raisonné)? Ce qui compte pour moi, c'est de ne pas tomber dans le shéma "la viande/ le poisson au entre de
l'alimentation", et de faire entendre dse arguments qui me semblent pleins de sens


Parce qu'en fait, au restau et à la maison, no souci en général. C'est juste que j'ai du mal, toute convaincue que je sois, à accepter la déception de mon hôte ou de mon hôtesse quand je suis
reçue. Ce qui d'ailleurs donne lieu à des situations ubuesques, car on me fait gentiment du poisson alors que je préférerai souvent piocher dans les légumes. Donc je culpabilise de refuser le
poisson fait EXPRES, et aussi de donner du travail en plus. En même temps, s'ils m'écoutaient, les gens sauraient, hein, que j'aimerais bien qu'on arrète de se casser la nenette pour moi, même si
c'est gentil :P


Pff... A ce rythme là je devrais devenir VG, ça serait plus simple. Adieu le Mc Fish Happy Meal... oui, des fois, je faute avec mes collègues.*)


*plusieurs, de sexe masculin, dont un très beau, et en public. Si,si.



Claire 13/09/2010 21:07


Moi je ne dirais pas qu'être végétarien est dangereux car je le pense pas (sauf peut-etre dans certaines grossesses difficiles et encore, je n'en suis même pas sure) Mais je dirais qu'être
végétaLien c'est quand même super compliqué !


Le petit poison rouge 16/09/2010 13:07



En fait, je pense que dans certains cas TRES TRES précis être végétarien est dangereux ... Comme de ne pas l'être, dans un nombre égal de cas TRES TRES précis !


Etre végétaLien, je pense que ça peut être compliqué au niveau de l'approvisionnement, des idées pour cuisiner ... Ceci dit, si tu parles d'êter végétalien avec de bonnes analyses, je pense que
ce n'est pasp plus compliqué que d'avoir de bonens analuses en étant omnivore. Seulement, qui le vérifie souvent chez les "omnis" ? :p