Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 09:46

Aujourd'hui, nous sommes le 8 mars.

 

J'ai réfléchi pendant un long moment au thème de l'article que j'allais vous proposer ...  J'ai tourné, viré, changé dix fois d'idée,et finalement, je n'ai rien trouvé qui m'aie semblé à la fois sufisamment intéressant et sufisamment "abordable". En effet, je ne me sens pas d'attaque (sans parler de mes compétences, ou plus précisément de mon manque de compétences) pour écrire une encyclopédie. J'aurais aimé pouvoir proposer quelque chose, souligner une invention ou une action en faveur des femmes, de leur vie, de leur santé,de leur travail ... Alors effectivement, des gens qui ont oeuvré en ce sens, depuis la dernière journée des Femmes, il y en a eu. Avec des moyens,des idées,des motivations, des méthodes, sur des continents divers. Dans le lot, je suis certaine qu'il y a des personnes extraordinaires.

 

Et pourtant, j'ai du mal à m'empêcher d'être maussade. Je ne nie pas que la condition des femmes dans le monde a évolué, qu'elle évolue encore. Grâce à toutes ces personnes qui s'engagent, d'une façon ou d'une autre, que ce soit en mettant en place un dispensaire qui propose des contraceptifs au Bénin ou en faisant remarquer à des collègues leurs remarques sexistes. Evidemment, l'implication n'est pas la même...

 

Et c'est là que le bât blesse. J'ai choisi cet exemple au hasard, et pourtant, je trouve qu'il dit tout :  aujourd'hui, dans aucun pays du globe (à part peut-être la Suède, mais c'est bien connu, les Suédois sont des extra-terrestres ), les femmes ne sont considérées comme égales des hommes.

 

La pire des atrocités (viols, excisions, trafic de personnes, infanticide) , comme la petite remarque sexiste presque anecdotique ( "Hé, ma petite dame ! ), découlent de cette idée.

 

C'est pour ça que je pense qu'aucun combat n'est vain. Effectivement, que l'on m'appelle Madame ou Mademoiselle, cela ne changera pas ma vie. Effectivement, il y a plus urgent. Mais cette dénomination en apparence anodine révèle, encore une fois, une inégalité. Et pour cela, il est bon de s'en débarasser (du moins, à titre officiel, après, dans la vie courante, on fait un peu comme on veut !) Le fait que quelque part ailleurs, aujourd'hui, une femme soit maltraitée parce qu'elle est une femme ne justifie pas que je me laisse discriminer, simplement "parce que ça pourrait être pire".

 

J'ai longtemps; longtemps eu du mal à me dire féministe. En vrai, jusqu'à il y a quelques mois à peine, quand La Bouseuse nous rappelait qu'être féminsite, c'est penser que les femmes ont égales aux hommes - bien que différentes. Parce qu'au lieu de brûler mes soutien-gorge, je les porte, et que je les aime jolis. Comme les chaussures d'ailleurs - à talons de préférence, même si mes 5km quasi quotidiens font que je possède plus de paires à talons, mais que je les mets moins. Parce que j'ai adopté le nom de mon époux sans autre forme de procès (mais on y reviendra), parce que je ne ne reconnais pas dans certains combats féministes, qui me semblent se poser contre les hommes.

 

Parce que je les aime bien,moi, les hommes. Il y a Celui que j'aime tout court, qui me fait rire, qui me console, que je quitte à regret chaque matin. Mais il y a aussi tous les autres. Ceux qui hésitent avant de proposer de payer l'addition, par peur de passer pour des machos, ceux qui adorent les filles en jupes et bas résille, et qui se demandent comment repérer celles qui le fait pour elles-mêmes et celles qui le font pour eux. Les pères au foyer, les pères tout court, les amants, les confidents ...

 

Malheureusement, tous les hommes ne sont pas comme ça. Il y a celui qui trouve qu'une "bonne femme, c'est une femme soumise" , que "le rôle du mari c'est de faire bouillir la marmite" , que "les femmes qui sortent seules le soir, elles ont bien cherché ce qui leur arrive". Celui qui frappe, celui qui crie, celui qui croit sincèrement que les féministes sont des ennemies de l'espèce (entendu dans l'excellent - et révoltant - documentaire d'Arte, "La domination masculine".)

 

Quand je repense à tous ces gars que j'ai connu, au lycée, au boulot, je me demande combien d'entre eux passent à coté de la vie, la vraie, celle où l'on est suffisamment sûr de soi pour accepter les différences, les remises en question, le partage ...

 

Combien d'hommes ...

Et combien de femmes...

Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison rouge - dans Le petit poison cogite
commenter cet article

commentaires

Mia 13/03/2012 15:20


Sur ces sujets... et les autres. Car souvent ceux qui s'enferment dans leurs idées sur ce sujet le sont sur d'autres sujets.


Je contredis, fait remarquer, objecte assez souvent car j'ai l'occasion dans mon métier. La difficulté c'est que souvent "c'est de l'humour". Alors je m'adapte, à l'humour je réponds (ou
j'attaque) humour cynique et décalage...

Le petit poison rouge 17/03/2012 14:46



On te connaît, toutes tes remarques sont les bienvenues ! :)



zelda 12/03/2012 20:47


Je viens de commenter ton post "chaussures et féminisme", mais je crois qu'il a disparu :s


Moi aussi j'aime les hommes, et comment ! Et c'est aussi pour ça que je suis féministe. Parce que si les femmes sont sans doute celles qui souffrent le plus des normes sexistes, je suis persuadée
que les hhommes ausis en souffrent, et pas qu'un peu ...

Le petit poison rouge 17/03/2012 14:45



Mais non mais non, il est bien là ton com' !


Je suis entièrement d'accord avec toi... Je suis en rain de relire Ansi soit-elle, et j'y ai trouvé ceci: "L'asservissement ne dégrade pas seulement l'être qui en est victime, mais celui qui en
bénéficie" (Germaine Tillion, Le Harem et les cousins.)


Je ne nie pas que le rôle qu'on a imposé aux hommes ne les fasse pas souffrir aussi, mais je crois que même les plus réacs et misogynes des hommes ne sont aps grandis du traitement que
l'on fait aux femmes...