Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 19:17
Donc je suis rentrée chez moi bien motivée.

J'avais l'impression d'avoir déjà essayé des centaines de fois. En fait, les chroniques de la guerre des macarons attestent ceci : au bout de 6 ratages, j'ai l'impression d'avoir essayé des centaines de fois. Mais je tiens bon ^^

Les blans étaient déjà séparés des jaunes depuis la veille (merci mon amour et son super moelleux au chocolat "façon brownie" ). Je les ai laissés sortis du frigo une heure, afin qu'ils soient à température.

Et là , c'est le drame. Mon fidèle robot, qui avait tout vu et tout connu... Paf, raide. Mort. Et moi, avec mon sucre glace et ma poudre d'amandes tamisés, je faisais quoi .... La mort dans l'âme (j'exagère à peine), absolument sûre de ne pas arriver à faire monter les blancs en neige à la main, je me suis résignée à prendre le fouet. Et là, premier miracle. J'ai soigneusement suivi le conseil du livre (une pincée de sel au début + 20g de sucre dès que ça mousse), et ils sont montés presque tous seuls. Je n'ai pas fait de photos, pour éviter que ça retombe, mais c'était superbe. En définitive, bien mieux qu'au robot !!

Le macaronnage s'est moyennement bien passé (j'ai su après que, là où je pensais qu'il y avait 3 blancs, il n'y en avait en fait que deux, ce qui explique que j'aie eu l'impression qu'il manquait un peu de blancs), mais ça allait.

Malheureusement, ma poche à douille, le coeur brisé par le décès prématuré du robot, m'a également laché. Enfin, je me suis dépatouillée comme j'ai plus, mais son étanchéité étant, elle, carrément décédée, je n'ai plus qu'à investir.

Mais bon, je m'accroche et je continue.

Première fournée : 15 min, 2e cran : craquelée. Et merde. Mais c'est à que l'astuce géniale qu'on m'a donnée au cours entre en piste, et second miracle. Il suffit, pour faciliter le décollage de ces coques ratées, et donc très fragiles, de verser un peu d'eau entre la plaque et le papier sulfurisé. Vraiment, c'est magique : coques ratées, certes, mais pas brisés.

J'avais omis un détail : avant d'enfourner, j'ai soigneusement mesuré la tempéraure du four avec un thermomètre à sucre (dont la "cage" en plastique d'ailleurs, a un peu fondu, ce que je ne m'explique pas pour un thermomètre qui peut aller jusqu'à 200 ° .... Il me semble que même posé sur la sole, dans un four à 120, ça n'aurait pas du se produire ! A suivre). Bien m'en a pris, il faut régler le four à 130 pour arriver à 120.

Deuxième fournée : 15 min, 3e cran, + un bol d'eau pour éviter que ça déssèche : pareil, craquelés. Re-merde.

J'éteins le four, je laisse crôuter. Je viens de percuter que mes deux soucis (abscence de collerette et craquelure) sont sûrement liés à un manque de crôute. Je pense que lorsque les coques sont assez crôutées , le macaron ne peut pas gonfler, d'où la collerette. C'est tout con, mais je n'avais pas envisagées les choses sous cet angle !

Quatre heures de crôutage plus tard (je jouais à Age of Empires... J'ai pas vu passer le temps), on recommence.

Le thermomètre dans le four, 120 tout pile. 13 minutes, 3e cran + bol d'eau. Je pensais avoir laissé 13 minutes les deux fournées d'avant, je n'ai retrouvé mes notes que plus tard. Coque : pas mal, pas craquelée, pas de collerette. Par contre, ça manquait de cuisson, ça a ramolli un peu avec l'ajout d'eau pour décoller. Résultat pas cata, mais un peu mou malgré une seconde cuisson rapide à l'envers. Pas grave, ça progresse.

4e plaque : 15 minutes, 3e cran+bol d'eau. Et là ... MIRACLE !!! Ca a marché !!!!!!!! Je suis ravie, ravie. Bon, c'est encore un tout petit peu bosselé, la faute à mon mélange blancs/sucre qui finalement n'avait pas les bonnes proportions. Mais la collerette y est, c'est pas craquelé, je suis vraiment contente !!

5e et dernière plaque. Par "esprit scientifique", je vire le bol d'eau. Pour voir. Réussiiiiii !

Et voilà ! Entre temps, j'ai testé tous les formats, l'homme-chocolat préfère un diamètre "classique" de 5 cm, pas moi. J'ai un faible pour le mini-macaron qu'on peut manger entier, donc environ 2cm.  Pour éviter de casser sa jolie croûte bien ronde.

Avec tout ça, j'ai zappé de faire une garniture, obsédée des coques que je suis. On a donc testé la pâte à tartiner au chocolat maison, la confiture de lait express (recette géniale, moins naturelle que la confiture de lait "normale", mais j'étais un peu crevée, et c'est pratique, pour un super résultat.) et la confiture de cornouille. (Merci Simon !)

Tout était très bon. Moins que si j'avais pensé à acheter de quoi faire faire du "fourrage" vanille, mais je suis quand même bien contente. J'en refais samedi 18, et samedi 25, je les tente version salée (je précise, coques "classiques" + fourrage salé, la recette de la pâte à coques salée n'existe pas à ma connaissance)

Et parce que j'ai envie d'en refaire, et d'en re-refaire, bonus. Odi, puisque tu as été la première à voter pour mes chaussures, tu en gagnes une boîte pour le 9 . Tu me diras à quel parfum ?

Je vous laisse sur les images de mon éclatante victoire ^^





Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison - dans Macarons !
commenter cet article

commentaires

lila 15/04/2009 10:14

Ca à l'air bien bon.Quels sont les jours de livraison.