Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 21:26

Un peu pour me donner bonne conscience (ou plutôt pour ne pas pouvoir m'auto-reprocher de ne pas avoir soutenu l'initiative) , un peu pour accompagner une copine, j'ai été voir "Nos enfants nous accuseront". J'appréhendais un peu, j'avais peu de sortir déprimée (raison pour laquelle je n'ai pas non plus vu "Une vétité qui dérange" , "La onzième heure" , "Le monde selon Monsanto", "Le cauchemar de Darwin"...).


J'aime bien me documenter, mais les films qui me donnent envie de distribuer les baffes et de, au hasard, démonter des Mac Do... J'ai tendance à éviter, ça me rend vraiment malade. Mais vraiment, je ne sais pas garder ma distance devant un film, et je deviens vraiment invivable pendant un temps. (Pour info, je pleure devant Narnia. A chaque fois.)


Je ne pense pas me voiler la face, j'ai une pile de docs immense sur mon bureau, et je fais de nombreuses recherches à chaque fois que je me rends compte que je peux améliorer un truc. Dernière mesurette en date, j'ai préparé un "kits courses" avec des sacs, évidemment, mais aussi les petits livrets de Greenpeace "Guide des produits avec et sans OGM" et "Et ta mer, t'y penses?" (qui ne semble pas exister en PDF, dommage).  D'ailleurs, on peut débattre un moment de Greenpeace, Shiva, si tu peux nous éclairer, tu es le bienvenu!


Bref, je digresse, je digresse. Pour ceux qui l'ignorent, le film raconte une année scolaire dans le petit village de Barjac ( ;) Claire) . Une année scolaire pas tout à fait ordinaire, puisque le conseil municipal a décidé de passer la cantine en bio ... Ce fil conducteur est recoupé par des bribes de conférences (beaucoup de chiffres, j'ignorais qu'autant d'études avaient été menées sur les rapports entre cancers et alimentation) , de débats, de témoignages parfois poignants... J'ai pleuré. Enfin, ça c'était couru d'avance. Mais dans l'ensemble, j'ai trouvé le film interressant, j'ai appris des choses.


Une scène m'a particulièrement marqué. Un viticulteur bio emmène le journaliste entre son champ et le champ voisin, et il lui explique (en gros) qu'il croit que l'agriculture "conventionnelle" a besoin des engrais et des produits pour protéger les vignes de la maladie car elle "détruit" le sol, ce qui affaiblit les plantes. Ca m'a paru assez sensé, en fait. Cela dit, sur les sujets où je ne pige pas grand-chose, je suis parfois un peu crédule... A creuser. Et d'ailleurs, c'est ce qu'il a fait. un coup de fourche à droite. La terre (c'est le coté conventionnel) se casse bizarrement, en 'tranches", un peu feuilletée. Pas un ver, une feuille, une racine, que dalle. A coté, dans le champ bio, le viticulteur laisse pousser l'herbe (je crois qu'il la coupe ensuite en la laissant sur place, pour faire de l'humus ..? ). Pareil, un coup de fourche. Et là, la terre... Ben on dirait celle de ma jardinière. Des racines, des vers... Tout ça tient en motte (ou, bon, forcément, les racines, ça aide.)... Franchement, je suis pas une pro, mais même moi je vois la diffèrence, et si je devais planter un truc dans un de ces deux champs, je saurai lequel choisir ...


Tout ça pour dire, allez voir le film, nom d'un petit pois en cosse !



Partager cet article

Repost 0
Published by Le petit poison - dans Mieux manger
commenter cet article

commentaires